Quels albums ont bouleversé la musique au point de devenir des monuments de la culture ? Il y a les indétrônables comme Madonna, Prince, les Beatles, ceux qui ont révolutionné leur genre comme Daft Punk, Nirvana, Lauryn Hill et ceux qui ont apporté un nouveau souffle à la musique, Céline Dion, The Notorious BIG, Lou Reed. Comment choisir le meilleur album ? Voici quelques pistes.

Michael Jackson prouve à lui seul qu’un artiste est inclassable et peut se montrer aussi à l’aise sur de la soul, du disco, de la pop voire même du rock ! Un classique qui fait l’unanimité. Sur les neuf morceaux de l’opus, sept ont été des tubes.
Le son punk-rock de Nirvana n’a rien perdu de son âpreté. Écorché vif, Kurt Cobain met le grunge à l’honneur et à la mode. Depuis, Smells like teen spirit résonne toujours dans les cours de lycée…
Cet album a été une claque auditive. Prince démontre que sa musique a dix ans d’avance. Ses titres sont sexy, modernes et addictifs à souhait, une première dans la musique.
L’album de hard rock le plus vendu de tous les temps et troisième meilleure vente absolue qui fait du hard une musique universelle et non de niche. En plus, Tony Stark/Iron Man lui a redonné une seconde jeunesse.
Stevie Wonder y traite de thèmes universels, amour, famille, racisme, en passant du funk à la soul, du rock au disco avec des compositions bluffantes et accrocheuses. On y retrouve notamment le beau Isn’t she lovely ?
la pochette signée Andy Warhol révèle de belles pépites rock qui prouvent toute l’influence du blues sur la musique des Stones, à l’instar de  Wild Horses, Sister Morphine ou encore Brown Sugar.
Serge Gainsbourg a pris son temps pour enregistrer cet opus qu’il a entièrement pensé, conçu et signé. On y compte plusieurs succès populaires, Initials B.B. mais aussi Comic Strip et Bonnie and Clyde, dévoilant un peu plus sa plume coquine, quelques années seulement avant Love on the beat.
Amy Winehouse dévoile un second album aux sonorités jazzy et soul où la modernité explose dans les paroles. Rehab, Back to black, You Now I’m No Good et Love is a Loosing Game sont indétrônables.
Cet album en partie autobiographique pose les jalons de ce que sera le rap américain. C’est violent, cru par moment, mais authentique. Surtout, la musicalité de la voix de Notorious B.I.G. associée à ses textes reste un modèle pour beaucoup.
C’est l’album de Bob Marley qui avec son groupe des Wailers, a révèlé toute la puissance musicale du reggae, solaire, universelle et politique. Qui se lasserait d’écouter Jamming, One Love ou Three little birds.
Il a été influencé par ses lectures, la politique, sa vie personnelle… La musique de Bob Dylan est à lire en pensant au passé et à l’avenir. Plus folk et blues que purement rock, cet album est hanté par la figure de trois femmes, son épouse Sara Lownds, sa maîtresse Edie Sedgwick et sa muse Joan Baez.
La french touch est née avec eux, soit la démocratisation de l’électro. On a tous dansé sur One More Time, Harder, Better, Faster, Stropnger et Digital Love.
Le premier album studio de Lauryn Hill est l’avènement de la néo soul, popularisé grâce à des titres comme Doo Wop That Thing et To Zion.
Comment passer d’un groupe pour initiés, qui se caractérisait par des morceaux interminables à un groupe qui pond un méga tube après plus de 30 ans de carrière, voici ce qu’a réalisé Yes avec 90125.
Cet opus prouve toute l’audace expérimentale sonore du groupe anglais qui évoque la vieillesse, la mort, la guerre, l’argent avec une instrumentation ingénieuse.
C’est ce que l’on appelle un super groupe, mis en place la plupart du temps par les maisons de disques. Asia, c’est la réunion des deux époques de Yes et les deux compères des… Buggles pour un résultat intemporel.
Le groupe qui incarne le mieux le rock progressif et pourtant peu connu hors de ses frontières britanniques. A pourtant pondu un sacré paquet de tubes.
Black Sabbath période Ronnie James Dio, c’est toujours provocateur et diabolique. Et la voix du regretté chanteur, toujours d’une puissance et d’une fluidité inégalée, sans compter la guitare bien grasse, indissociable du Sabbath.
Il faut bien en choisir un et que celui ci prouve que s’il ne devait rester qu’un rockeur français, ce serait bien lui. Que ce soit pour des morceaux entraînants ou des balades, comme Je t’attends, J’oublierai ton nom, Je te promets, Laura et L’Envie, tous sur l’opus.
Même si l’on aime pas, on ne peut pas ignorer une artiste qui place 5 albums dans les meilleures ventes de tous les temps, ce qui est d’ailleurs un record. Les textes n’ont pas pris une ride, la voix de Céline Dion en français est envoûtante et les mélodies accrocheuses. Qui ne connaît pas par coeur Pour que tu m’aimes encore, J’irais où tu iras ou Je sais pas ?
L’album a indéniablement su capter l’air du temps des années 60, cet album des Beatles est un classique de la pop culture, surfant sur un vent de révolution personnelle pour chaque membre. Lucy in the Sky with Diamonds, qui glorifie le LSD ou encore A day in the life sont deux sérieux exemples.
Sa voix n’est jamais aussi puissante que sur des mélodies à l’origine du r’n’b’ dont son excellente reprise Respect et Save Me.
Produit en partie par David Bowie, Transformer sublime la voix parlé chanté de Lou Reed, notamment sur Perfect Day, Satellite of Love et surtout Walk on the Wild Side.
Il regorge de pépites disco indémodables, Dancing Queen ou encore Money, Money, Money.
Plus de dix ans après ses débuts, Madonna prouve qu’elle est imbattable sur le domaine de la pop. Avec cet album, elle se confie sur sa maternité, son rapport à la mort, au temps qui passe et à la spiritualité. Ray of light et Nothing Really Matters sont des bijoux.
Tags: