Au terme d’un final époustouflant, le pilote français s’est imposé en force dans une édition d’Indy 500 qui restera gravée dans les annales par son intensité et un résultat qui ne s’est dessiné que dans les derniers mètres après 200 tours de course. A l’issue d’une bataille haletante où la tête est passée d’une voiture à l’autre jusqu’à un tour du drapeau, Simon Pagenaud arrachait la victoire face à Alexander Rossi et Takuma Sato, les vainqueurs des éditions 2016 et 2017, qui terminaient dans un mouchoir de poche.

Sacré champion IndyCar en 2016, le français a mené ce dimanche 116 des 200 tours pour offrir au Team Penske le 18ème succès de son histoire sur le célèbre Brickyard. Un tracé où il avait avait déjà montré ses ambitionsen s’imposant il y a quelques jours dans le Grand Prix d’Indianapolis couru sur le circuit routier avant de signer la pole position le week end dernier sur le Speedway en prélude de la grande classique.

Une victoire à la saveur particulière pour Pagenaud qui rejoint dans la légende les précédents vainqueurs tricolores à Indy 500 que furent Jules Goux sur Peugeot en 1913, René Thomas sur Delage en 1914 et Gaston Chevrolet sur Frontenac en 1920 il y a près d’un siècle. Cela valait bien une douche au lait comme le veut la tradition ancestrale d’Indianapolis et comme nous pouvons le voir ci dessous.

Tags: