Quand BMW a présenté son concept Z4 il y a un an, il était sûr que le modèle de série lui ressemblerait de près. La révélation de la version définitive de ce roadster au concours d’élégance de Pebble Beach avant des débuts devant le grand public au Mondial, vient aujourd’hui en apporter la confirmation. Calandre assez horizontale, phares imposants, minces feux arrière, flancs sculptés avec une grande ouïe derrière les roues avant, on retrouve ici les mêmes codes esthétiques. L’ensemble apparaît quand même plus sage avec son double haricot simplifié, ses rétroviseurs plus conventionnels, ses arceaux moins spectaculaires et ses boucliers un peu moins travaillés.

Contrairement à son prédécesseur qui s’était converti au toit rigide rétractable, ce Z4 2018 renoue avec une capote en toile. Un couvre chef à la fois plus simple et plus léger. Quant à la planche de bord, elle reprend l’organisation apparue sur les X5 et Série 8 en remplaçant les habituels compteurs ronds par un grand écran capable notamment d’afficher la carte du GPS. Fidèle aux roues arrière motrices, cette troisième génération du roadster bavarois s’efforce donc de marier la tradition et la modernité, comme en atteste le choix d’un six cylindres en ligne en guise de haut de gamme. Fort de 340 ch, ce 3.0 turbo est même le seul moteur proposé sur la série limitée de lancement First Edition, en attendant des quatre cylindres plus abordables.

Dans cette variante M40i, le 0 à 100 km/h serait bouclé en 4.6 s. On retrouve également une répartition des masses à 50/50, une suspension pilotée et un différentiel M Sport piloté électroniquement. En revanche, même s’il reste limité à deux places, ce roadster apparaît ainsi un peu moins égoïste qu’auparavant. Pour la première fois, le Z4 devra en effet partager ses soubassements avec un modèle d’une autre marque afin de compenser l’effritement des ventes de découvrables, le futur coupé Toyota Supra utilisera la même base, le même six cylindres en ligne et sera fabriqué dans la même usine, celle du sous traitant autrichien Magna Steyr.

Tags: