L’EB110 représentait la première tentative de renaissance de Bugatti et proposait déjà une fiche technique assez hallucinante, tout comme ses descendantes Veyron & Chiron. Cependant, son V12 de 3.5 litres dopé par quatre turbos n’est plus de mise puisque cette Centodieci qui lui rend hommage est basé techniquement sur la Chiron et question démesure mécanique, il n’y a pas mieux dans le monde des supercars.

Le W16 de 8 litres développe maintenant 1 600 ch et il est toujours accompagné de quatre turbos et de quatre roues motrices. Les rappels de la très anguleuse EB110 ne manquent pas comme le fer à cheval symbole de Bugatti plus petit que sur les autres productions récentes de la marque, les cinq trous au niveau des montants ou les crosses qui prolongent les phares. Le profil abandonne l’arche de la Chiron au profit de vitres presque rectangulaires.

Le tarif se situe dans une autre sphère que celui de son aînée pourtant très chère à son époque. Limitée à 10 exemplaires, cette nouvelle Bugatti est facturée 8 millions d’euros hors taxes. La production de cette Centodieci est d’ailleurs déjà toute réservée, ce qui veut dire que Bugatti aurait tort de vendre à des prix décents ses productions…

Tags: