caddie
Source photo

A l’instar de Frigidaire ou Sopalin, Caddie est un nom propre devenu générique. Entreprise française emblématique, Caddie a pourtant été acculée à la faillite à cause de son intégration au groupe Altia, qui a coulé corps et biens. Heureusement pour l’entreprise et ses salariés, Caddie a été repris par de ses anciens salariés,  Stéphane Dedieu, qui détient maintenant 65 % du capital. Il s’est pour cela associé à l’italien Bertoldi, qui possède 25 % du capital et à l’allemand Shopbox qui en détient 10.

Stéphane Dedieu explique comment tout cela s’est passé : « Vous n’imaginez pas l’état dans lequel j’ai retrouvé l’usine. Il n’y avait pas eu de nettoyage depuis au moins six mois. » Depuis le redémarrage de l’activité, il signale que « Tous les signaux sont repassés au vert, même s’il faut rester prudent ». Il précise également que Caddie doit honorer une grosse commande venant d’Arabie Saoudite et que, désormais, 50 % du chiffre d’affaires provient de l’étranger.

Mieux, il est prévu en 2016 un investissement de 600 000 € dans le but d’installer une nouvelle ligne de montage. Et pour mieux faire connaître le passé glorieux de Caddie, le nouveau patron a repris le nom d’origine, Les Ateliers Réunis, sur les logos équipant les fameux chariots. Le vintage est également à la mode chez les chariots de supermarché !

Tags: