Avec l’automne arrive la période des champignons sauvages et il ne faut mieux pas se planter pour les cueillir, les espèces toxiques ne manquant pas. A moins d’être resté un hippie dans l’âme…

10_oronge_cc_jacques_chibret
L’oronge (Amanita caesara) est un champignon rare et magnifique qui ressemble à un oeuf doré au début de sa croissance. On le trouve de la mi-septembre à la mi-novembre. Attention, parvenu au stade adulte, ce champignon ressemble beaucoup à l’amanite tue-mouches, une espèce avec laquelle il ne doit surtout pas être confondu. Photo CC / JACQUES CHIBRET

1_truffe_cc_patrick_gaudin
La truffe noire (Tuber melanosporum) représente le Graal des mycologues. On la trouve dans des sols calcaires, à une profondeur allant de 1 à 15 cm. On les trouve à l’aide de cochons ou de chiens truffiers, voire de mouches. Photo CC / PATRIC GAUDIN
2_morille_cc_pascal
La morille (Morchella) est aussi un champignon très recherché. Conique, ronde ou cylindrique, on les cueille au printemps, à la fonte des neiges. Crues, elles sont toxiques. Cuites, lle sont délicieuses. Photo CC / PASCAL
3_girolle_cc_tatters
La girolle (Cantharellus cibarius) est une espèce de champignon très recherchée. On la trouve souvent sous les bouleaux ou les résineux. On la cueille dès l’été et parfois jusqu’à la fin du mois d’octobre. Photo CC / TATTERS
4_cepe_cc_fra298
Le cèpe de Bordeaux (Boletus edulis) constitue l’archétype du champignon. C’est l’une des espèces les plus recherchées dans la large famille des bolets. Jeune, il est surnommé bouchon de champagne en raison de sa forme caractéristique. Il aime les chênes, les châtaigniers, les hêtres, les épicéas et les sapins pectinés. Photo CC / FRA298
5_trompette_mort_cc_jacques_chibret
La trompette de la mort (Craterellus cornucopioides) ressemble à la girolle, à deux différences près : sa couleur est noire et son pied est lisse et non strié. On peut la cueillir d’août à novembre après de fortes pluies sur des sols lourds et humides. Photo CC / JACQUES CHIBRET
6_coulemelle_cc_beetletoyz
La coulemelle (Macrolepiota procera) se cueille dans les prés et plus rarement dans les forêts. Adulte, son chapeau ressemble à une ombrelle. Pour plus de sécurité, il faut cueillir les plus grands. Les plus petits peuvent ressembler à d’autres champignons, toxiques, parfois mortels. Photo CC / Beetletoyz
8_mousseron_cc_nick_saltmarsh
Le marasme des Oréades (Marsmius oreades) ou faux mousseron pousse dans les clairières ou au bord des chemins. Son chapeau est délicieux en omelette. On avance que le mot français »mousseron est à l’origine de l’anglais mushroom. Photo NICK SALTMARSH
9_pied_de_mouton_cc_tomasz_przechlewski
Le pied de mouton (Hydnum repandum) peut-être parfois confondu avec la girolle au début de son développement. Il est d’ailleurs recommandé de le cueillir jeune, son goût pouvant être un peu amer ensuite. Photo CC / Tomasz Przechlewski
7_clitopile_cc_anna_martin
Le clitopile petite prune (Clitopilus prunulus) se cueille de juillet à novembre dans les prés, en lisière des bois. Fragile, il dégage une odeur de farine agréable et caractéristique qui lui vaut son surnom de meunier. Photo CC / ANNA MARTIN

Source

Tags: