Cela ne vous rend pas moins gourmand si vos plats chinois préférés sont des classiques reconnus dans le monde entier tels que le porc aigre doux, le poulet Kung Pao et le canard laqué de Pékin . Cependant, il n’y a pas de mal à fuir les offres habituelles de Chinatown pour essayer des cuisines régionales moins connues qui sont tout aussi alléchantes. La nourriture chinoise est aussi complexe que le caractère chinois biang, un caractère à 57 temps lié au biangbiang, un type de nouille plate de la province du Shaanxi. Il existe deux grandes classifications de cuisines chinoises basées sur des localisations géographiques et des styles de cuisine. Les premières sont ceux nommés les quatre principales cuisines, cuisine Lu de la province du Shandong, cuisine Chuan du Sichuan, cuisine Yue du Guangdong et cuisine Su de Jiangsu. Celles ci, ainsi que les suivantes, constituent ce qu’on appelle les huit grandes cuisines, la cuisine Zhe du Zhejiang, Min cuisine du Fujian, cuisine Xiang du Hunan et la cuisine Hui de l’Anhui. Certains spécialistes vont même plus loin et disent qu’il existe 34 cuisines pour les 34 régions de la Chine mais les huit grandes sont les plus courantes.

Cuisine du Shandong : digne des anciens empereurs, la cuisine du Shandong, également appelée cuisine Lu, est un art culinaire sophistiqué datant de plus de 2500 ans. Il existe 11 méthodes de base pour la friture seule. Les paysages diversifiés de la province du Shandon, du fleuve Jaune à la vaste plaine de la Chine du Nord et au mont Tai, l’une des cinq plus grandes montagnes de Chine jusqu’aux rives de la mer de Bohai et de la mer Jaune, se reflètent souvent dans son utilisation somptueuse de la mer et des ingrédients terrestres de la même manière. Les plats sont copieux, savoureux et mettent souvent en valeur le talent du chef pour contrôler le feu pendant la cuisson. Les ragoûts lents, qui prennent des heures à faire, sont parmi les points forts du Shandong. Saluée à la tête des quatre grandes cuisines de Chine, la cuisine du Shandong domine les cuisines impériales depuis la période du printemps automne de 771 à 476 avant Jésus Christ. Confucius, le célèbre philosophe et homme politique chinois, a également joué un rôle déterminant dans la formation de la cuisine Lu en créant sa propre sous branche éponyme. Deux plats du Shandong à essayer sont le poulet ba, le ba est une façon unique de cuisiner dans laquelle un plat est frit brièvement avant de cuire à feu moyen pendant des heures et le yi pin tofu, une boîte de tofu fourrée à huit ingrédients braisés comme les pétoncles séchés, les concombres de mer, le jambon et les pousses de bambou puis cuits à la vapeur dans du bouillon de poulet.

Cuisine chaozhou : la cuisine de Chaozhou ou de Teochew a été un aliment régional relativement de niche pour un groupe fidèle de gastronomes avertis ou pour ceux qui pensaient être dans un autre restaurant cantonais. Une sous catégorie de la cuisine Yue, province du Guangdong, simplement en raison de son emplacement, la cuisine de Chaozhou est un monde différent de ses homologues cantonais en termes de méthodes de cuisson. La province du sud est propose des plats de fruits de mer frais aux saveurs vibrantes d’umami. Certains des plats les plus populaires de Chaozhou sont servis froids ou à la température ambiante, comme du poisson cuit à la vapeur. Pour préserver la fraîcheur du poisson, les pêcheurs de Chaozhou faisaient traditionnellement cuire leur récolte dans de l’eau de mer salée avant de la vendre au marché. De nos jours, le poisson frais est mariné dans une couverture de sel avant d’être cuit à la vapeur. Lorsque le poisson se refroidit à la température ambiante, il est servi avec de la pâte de soja Poling. L’omelette aux huîtres et le congee de Chaozhou sont deux autres plats de Chaozhou à essayer.

Cuisine du Hunan : bien que la cuisine piquante du Sichuan soit populaire dans le monde entier, la vraie capitale des épices de la Chine, la province du Hunan, est encore relativement méconnue. Le Hunan a même une chanson folklorique consacrée au chili qui inclut les paroles, Cela ne compte pas comme un plat s’il n’y a pas de chili. Une touche de piment triomphe après un repas exquis. Située dans une province montagneuse enclavée du sud de la Chine, la cuisine du Hunan également appelée cuisine Xiang est souvent préparée avec une généreuse portion d’huile, de sel et de piment. Cependant, le piquant du Hunan est composé de nombreuses couches avec une vaste gamme de saveurs qui s’emmêlent. Par exemple, il y a le suan la, piquant et acide, le duo jiao, poivrons hachés salés et le douchi la,fèves de soja noires fermentées épicées. La tête de poisson hachée Duo jiao et le porc frit au poivre vert du Hunan sont deux aliments de base pour le dîner. Dans un restaurant du Hunan, vous pouvez également trouver un certain nombre de plats familiers tels que des côtes de moineau cuites à la vapeur avec des haricots fermentés et du porc braisé mais avec un bon coup de pied épicé.

Cuisine de Hangzhou : à seulement deux heures de route de Shanghai, la nourriture de Hangzhou, tout comme la ville elle même, est souvent éclipsée par son voisin de bord de mer plus célèbre. La cuisine de Hangzhou est réputée pour son respect de la saveur originale des ingrédients ainsi que pour son travail au couteau délicat. Le célèbre porc Dongbo de la ville, une épaisse tranche de poitrine de porc poêlé et braisée au vin pendant des heures, doit son nom au poète chinois/gourmet de Hangzhou, Su Dong bo, qui a inventé le plat il y a environ 1 000 ans. Songsao yugeng, une soupe de poisson épaisse avec des pousses de bambou, du gingembre, du poivre, du vin et du vinaigre, du poulet de mendiant, poulet enrobé de boue et grillé au feu de bois et des crevettes de rivière frites au wok avec des feuilles de thé Longjing sont parmi les incontournables essayez des plats pour tous les débutants en cuisine à Hangzhou.

Cuisine du Fujian : grâce à des assaisonnements uniques et à un travail de couteau fou, les chefs ont fait de la province du Fujian une destination gastronomique. Parmi les délices culinaires de la cuisine de cette province également connus sous le nom de Min, on peut citer le porc litchi aigre doux, un porc coupé avec une grande habileté qui se courbe et ressemble au litchi lorsqu’il est frit et assaisonné, des boulettes de porc rouyennes, enveloppées et mélangé avec du porc et de la pâte d’igname avec des noix de ginkgo. Le Fotiaoqiang, traduisez Bouddha saute par dessus le mur, est sans doute le plat le plus célèbre représentant la cuisine min de la province du Fujian. Le ragoût doit son nom à un restaurant après avoir prétendu que Bouddha renoncerait au végétarisme et sauterait par dessus le mur pour manger ce délicieux plat. Le succès de Putien, une chaîne de restaurants du Fujian basée à Singapour, témoigne de sa popularité croissante. Fondée en 2000, Putien a reçu sa première étoile Michelin en 2016. Ses nombreuses succursales à l’étranger ont également été reconnues comme un excellent endroit pour goûter à la cuisine chinoise.

Cuisine de Nanjing : Nanjing, capitale de la province du Jiangsu, est l’une des destinations culinaires les plus influentes du pays, grâce à sa longue histoire de capitale impériale dans la Chine ancienne. La cuisine Jiangsu de la ville également appelée cuisine Su est connue pour sa présentation exquise et ses riches saveurs. Parmi les plats les plus célèbres de Nanjing figure le poisson mandarin aigre doux. Le poisson est désossé et tranché selon un motif en grille de sorte qu’il se détache lorsqu’il est frit au wok. La ville possède également un canard rôti rival de son homologue de Pékin. Ce qui captive le cœur des visiteurs, c’est la nourriture de rue savoureuse et addictive de Nanjing, comme les vermicelles au sang de canard et le canard salé.

Cuisine Shunde : les gastronomes chinois n’ont pas été surpris de constater qu’en 2014, Shunde, souvent appelé le berceau de la cuisine cantonaise, est devenue la deuxième ville de Chine à être nommée capitale gastronomique de l’UNESCO, la première était Chengdu du Sichuan. Les chefs Shunde font de leur mieux pour maximiser les saveurs umami d’un ingrédient, aussi modeste soit il. Pour comprendre à quel point la cuisine de Shunde est laborieuse et créative, considérez l’écorce de pomelo braisée. Tout d’abord, les pelures de pamplemousse doivent être immergées dans de l’eau courante, pressées jusqu’à sec puis trempées dans de l’eau courante. Ce processus seul est répété pendant quelques jours afin que les pelures soient ramollies et que l’amertume soit évincée. Ensuite, les écorces sont frites et braisées avec un bouillon d’os de porc, de poulet, de poisson et de crevettes séchées pendant des heures. Enfin, les épluchures et rien que celles ci sont servies avec une sauce à l’ormeau et des œufs de crevettes.Les nouilles plates au riz Chen cun avec des côtes levées et une sauce aux haricots noirs, ainsi que du lait frit à la Dai Liang, du lait frais doucement sauté au blanc d’oeuf, des crevettes, du foie de poulet et du jambon jusqu’à être semi-solidifié, sont deux autres plats remarquables des spécialités de Shunde.

Cuisine du Yunnan : bien que laissée de côté par les huit classiques de la cuisine chinoise, la cuisine du Yunnan a conquis un public immense parmi les gourmands grâce à ses abondants ingrédients frais et à ses saveurs équilibrées. Les voyageurs visitant la vaste province montagneuse du sud ouest ne doivent pas manquer d’essayer les champignons sauvages frais du Yunnan et le Rubing, fromage de chèvre du Yunnan. Ce qui rend les restaurants du Yunnan aussi populaires que toute chaîne de restauration rapide à travers la Chine, c’est le guoqiaomixian, traduit par nouilles de riz traversant le pont. Il se compose d’un délicieux bouillon de poulet bien chaud servi avec des ingrédients tels que des légumes, du poisson, des herbes, des épices et des nouilles au riz qui sont ajoutés au bouillon juste avant de servir. La société japonaise Marugame, la plus grande entreprise de restaurants de chaînes udon au monde, a récemment fait l’acquisition de deux chaînes de vermicelles du Yunnan basées à Hong Kong, TamJai SamGor Mixian et TamJai Mixian. Tous deux sont réputés pour avoir distribué des nouilles de riz à la manière du Yunnan, abordables et addictives, acidulées et épicées. Ensemble, elles ont généré des revenus de 200 millions de dollars en 2017.

Tags: