De Mercure à Jupiter, voici les planètes de notre système solaire, de leur découverte aux diverses missions spatiales lancées pour découvrir ces mondes éloignés.

Mercure : les premiers documents rapportant l’existence de Mercure, une planète portant le nom du dieu romain du commerce et du voyage, remontent à l’ère sumérienne soit à environ 3 000 ans avant Jésus Christ. Le 7 novembre 1631, l’astronome français Pierre Gassendi a observé Mercure dans un télescope alors qu’elle passait devant le Soleil. En tout, la planète effectue 13 ou 14 révolutions par siècle. Le 29 mars 1974, Mariner 10 est devenue la première sonde spatiale à se rapprocher de Mercure. Elle a photographié la moitié de la surface de la planète similaire à celle de la Lune en trois survols. Des observations radar réalisées en 1991 ont révélé qu’il y a peut être de la glace dans les régions polaires de la planète. Après Mariner 10, la NASA a lancé une deuxième mission vers la planète nommée Messenger le 3 août 2004. Après avoir effectué trois survols, la sonde spatiale a été placée en orbite le 17 mars 2011 pour étudier la composition de la planète, la structure de son noyau, son champ magnétique et les matériaux se trouvant à ses pôles. En 2018 pour la première mission européenne, BepiColombo, l’Agence spatiale européenne et l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise ont envoyé deux orbiteurs qui se placeront en orbite autour de Mercure en décembre 2025.

Vénus : l’objet céleste le plus brillant dans le ciel après le Soleil et la Lune est Vénus, une planète portant le nom de la déesse romaine de l’amour et de la beauté. L’astronome italien Galilée a documenté les différentes phases de Vénus dans un traité d’astronomie intitulé Le Messager des étoiles en 1610. Le premier vaisseau spatial à s’être rendu près de Vénus est la sonde de la NASA Mariner 2 en 1962. En 1970, la sonde Venera 7, envoyée par l’Union soviétique, a réussi à explorer la surface de la planète et a fourni des données sur la pression atmosphérique et la température de Vénus pendant 23 minutes. La mission Magellan de la NASA est entrée en orbite autour de la planète le 10 août 1990 et a cartographié 98 % de sa surface, montrant la présence de coulées de lave, de mouvements tectoniques, de vents de surface et de dômes.

Mars : les observateurs de l’Antiquité, Babyloniens, Égyptiens, Grecs et Romains, associaient la planète à la guerre à cause de sa couleur rouge, la couleur du sang. Vingt ans avant l’invention du télescope, Tycho Brahe, 1546-1601, a réussi l’exploit de calculer la position de Mars à son observatoire situé sur l’île suédoise de Ven près de Copenhague. C’est la sonde Mariner 4 de la NASA qui a été la première à survoler la planète le 14 juillet 1965 et à envoyer des images en noir et blanc de la surface martienne. En 1976, deux sondes interplanétaires, Viking 1 et 2, ont atterri sur Mars pour étudier sa structure rocheuse, des échantillons de sol et pour collecter des informations sur son atmosphère. Les astromobiles de la NASA, Spirit et Opportunity, ont trouvé des preuves de la présence d’eau sur Mars en découvrant des minéraux qui n’existent que dans l’eau. La NASA prévoit d’envoyer un autre astromobile d’ici 2020.

Jupiter : cette planète porte le nom du roi des dieux dans la mythologie romaine. C’est à l’astronome italien Galilée que l’on doit la première observation détaillée de la planète. En l’étudiant en janvier 1610 avec un petit télescope, il a découvert quatre de ses plus grosses lunes, Io, Europe, Ganymède et Callisto. Cette géante gazeuse, composée majoritairement d’hydrogène et d’hélium, est particulièrement célèbre pour sa grande tache rouge, un gigantesque anticyclone dans son atmosphère qui est actuellement un peu plus gros que la Terre. Lancée en 1972, Pioneer 10 a été la première mission envoyée vers Jupiter. Lors de son survol le 4 décembre 1973, la sonde a pris les premières images de la plus grosse planète de notre système solaire. Les anneaux géants de Jupiter ont été découverts par la sonde Voyager 1 de la NASA en 1979. De 1979 à 2007, huit sondes, dont Voyager 3 et Ulysse, ont été envoyées par la NASA pour étudier l’atmosphère, les lunes et les anneaux de la planète. Une nouvelle sonde spatiale, Juno, est actuellement en orbite autour de Jupiter. Cette mission spatiale de la NASA a été lancée en 2011 et est arrivée à destination le 4 juillet 2016. Son objectif est d’observer derrière les nuages et d’étudier la formation et l’évolution et la structure de la planète pour aider les scientifiques à mieux comprendre les mouvements planétaires.

Saturne : Saturne est ornée de milliers d’anneaux constitués de morceaux de glace et de roches. Les Romains de l’Antiquité l’ont nommée en l’honneur de leur dieu des semences. En juillet 1610, Galilée l’a prise pour une triple planète à cause de ses anneaux et en 1655, le mathématicien néerlandais Christian Huygens a découvert à son tour les fameux anneaux et la plus grosse lune de Saturne, Titan. Le premier survol de la planète a eu lieu le 1er septembre 1979 lors de la mission Pioneer 11 de la NASA. L’agence spatiale américaine a lancé d’autres missions, Voyager 1 et Voyager 2, qui ont survolé la planète respectivement en 1980 et 1981. Elles ont pris des images plus détaillées documentant la minceur de certains des anneaux et la complexité de la structure du système des anneaux. La sonde spatiale Cassini Huygens est en orbite autour de Saturne et de ses lunes depuis 2004. Elle est entrée dans l’atmosphère de Titan en janvier 2005 pour collecter des informations à la surface de la lune. La mission a étudié les anneaux de Saturne pendant l’équinoxe d’automne de la planète au moment où l’équateur se trouve en situation d’ensoleillement direct, de 2008 à 2010. L’exploration de Cassini sur la planète a pris fin le 15 septembre 2017.

Uranus : la planète a été découverte le 13 mars 1781 par l’astronome britannique William Herschel, bien qu’il l’eût à l’origine confondue avec une étoile ou une comète en l’observant dans son télescope. Ce n’est que deux ans plus tard que l’objet céleste a été universellement accepté comme une nouvelle planète à la suite d’une observation du scientifique allemand Johann Elert Bode. La planète a été nommée Uranus comme le dieu grec du ciel. Des anneaux, semblables à ceux de Saturne, ont été découverts autour d’Uranus le 10 mars 1977 par des scientifiques de l’Observatoire aéroporté Gerard Kuiper et de l’observatoire de Perth en Australie. Le 24 janvier 1986, la sonde Voyager 2 de la NASA a effectué le seul survol à ce jour au dessus d’Uranus. La mission a révélé l’existence de 11 nouvelles lunes, de deux nouveaux anneaux et d’un champ magnétique plus puissant que celui de Saturne.

Neptune : Neptune a été classifiée comme une étoile fixe par Galilée au 15ème siècle. C’est l’astronome allemand Johann Gottfried Galle qui a découvert la planète le 23 septembre 1846 en s’appuyant sur les prédictions du mathématicien français Urbain Le Verrier. En 1989, la NASA a envoyé la première et la seule à ce jour sonde spatiale Voyager 2 survoler Neptune. La mission a permis de suivre une énorme tempête anticyclonique de forme ovale dans l’hémisphère sud de la planète, la grande tache sombre. Le 12 juillet 2011, Neptune a complété sa première révolution de 165 ans autour du Soleil depuis sa découverte en 1846.

Pluton : découverte par l’astronome américain Clyde Tombaugh le 18 février 1930, la planète a été nommée par une fillette britannique de 11 ans, Venetia Burney. Quand son grand père lui a lu la nouvelle de la découverte céleste de Tombaugh, cette jeune passionnée de mythologie classique a suggéré de lui donner le nom du dieu romain des Enfers. En 2005, on a découvert que Eris, le plus gros corps appartenant à la ceinture de Kuiper, une zone constituée de composés volatils gelés s’étendant au delà de l’orbite de Neptune, était plus grosse que Pluton. Cette découverte a mené l’Union astronomique internationale à redéfinir le terme planète. En conséquence, Pluton s’est vue retirer son titre et a été classifiée par la NASA comme une planète naine. Depuis juillet 2015, la sonde New Horizons de la NASA envoie des données sur Terre. Ces dernières ont révélé que Pluton était géologiquement active depuis quelque temps et que certaines zones, comme la plaine Spoutnik, la région lisse en forme de cœur sur la photo ci dessus, étaient récemment devenues actives.

Tags: