Les bouteilles de lait en plastique sont recyclées pour faire des routes en Afrique du sud dans le but d’aider le pays à résoudre son problème de déchets et à améliorer la qualité de ses routes. Les nids de poule coûtent aux usagers sud africains environ 3.4 milliards de dollars par an en réparations et blessures corporelles selon la Fédération sud africaine des routes.

En août 2019, Shisalanga Construction est devenue la première entreprise en Afrique du sud à poser une section de route partiellement en plastique dans la province du KwaZulu Natal sur la côte est. 400 mètres de route à Cliffdale, à la périphérie de Durban, ont été rénovés en utilisant de l’asphalte fait avec l’équivalent de près de 40 000 bouteilles de lait de deux litres en plastique recyclé.

Shisalanga utilise du polyéthylène haute densité, un plastique épais généralement utilisé pour les bouteilles de lait. Une usine de recyclage locale le transforme en granulés qui sont chauffés à 190 degrés jusqu’à ce qu’ils se dissolvent et soient mélangés avec des additifs. Ils remplacent six pour cent du liant bitumineux de l’asphalte, ce qui fait que chaque tonne d’asphalte contient environ 118 à 128 bouteilles. Shisalanga signale que les émissions toxiques produites pendant les processus traditionnels sont supérieures et que son composé est plus durable et résistant à l’eau que l’asphalte conventionnel, résistant à des températures aussi élevées que 70 degrés et aussi basses que 22 degrés en dessous de zéro.Le coût est similaire aux méthodes existantes mais Shisalanga pense qu’il y aura une économie financière car ses routes devraient durer plus longtemps que la moyenne nationale qui est de 20 années.

Contrairement à l’Europe où le plastique recyclable est souvent collecté directement dans les foyers, en Afrique du Sud, 70 pour cent provient des décharges. Le plastique ne sera retiré des sites d’enfouissement que s’il peut être recyclé. Shisalanga dit qu’en transformant les bouteilles en routes, il crée un nouveau marché pour les déchets plastiques, permettant à son partenaire d’usine de recyclage de retirer davantage de déchets des décharges du pays.

Shisalanga a déposé une demande auprès de l’agence nationale des routes d’Afrique du sud/SANRAL pour la pose de 200 tonnes de bitume en plastique sur la principale route du pays entre Durban et Johannesburg et attend l’approbation du projet. Si elle répond aux exigences de l’agence, la technologie pourrait être déployée dans tout le pays. Étant donné que les normes de SANRAL sont élevées, Shisalanga espère être en mesure de respecter les réglementations les plus strictes.

L’Inde a commencé à utiliser des routes en plastique recyclé il y a 17 ans et le concept a été testé dans en Europe, Amérique du nord et Australie . Cependant, il y a des préoccupations sanitaires concernant les gaz cancérigènes potentiels créés lors de la production et la libération de microplastiques. Les routes sont l’une des nombreuses solutions pour réutiliser les déchets plastiques. Les entreprises du monde entier le transforment en briques, en carburant et en vêtements ou, plus simplement, en d’autres bouteilles. Certaines entreprises ont même trouvé des moyens de réutiliser les plastiques dits non recyclables pour les routes.

Tags: