Les amateurs de sportives chez Ford n’avaient plus qu’une Focus ST à se mettre sous la dent après la disparition de la fabuleuse RS 500 et même si ses 250 ch représentaient une puissance respectable, cette ST était plus grand tourisme que réellement sportive. Heureusement, Ford a entendu les frustrés de cette situation et cette nouvelle mouture de Focus RS a vraiment tout pour combler leurs attentes.

Commençons par évacuer ce qui fâche avec la disparition du très mélodieux 5 cylindres en ligne d’origine Volvo, sacrifié sur l’autel des normes anti-pollutions. A sa place, nous retrouvons sous le capot de cette Focus le très récent 4 cylindres 2.3l étrenné par la récente Ford Mustang et développant ici la même puissance, 323 ch. Que l’on se rassure, la Focus ne perdra pas au change à part pour la musicalité de l’ensemble.

Mais Ford nous a réservé une autre surprise : pour la première fois, la Focus RS a droit à une transmission intégrale dans une évolution qui s’annonce particulièrement dynamique car des embrayages pilotés, installés sur le train arrière, permettent de faire varier la distribution du couple entre l’essieu avant et arrière mais aussi entre les deux roues arrière. Ce torque vectoring devrait bénéficier à la motricité mais aussi à l’agilité en maîtrisant la tendance à piquer du nez en courbe. Dans le segment des compactes sportives, c’est un équipement exclusif car même les Audi RS3 Sportback, Mercedes A45 AMG et VW Golf R en sont dépourvues et elles sont vendues bien plus cher que ne le sera la Focus RS.

En revanche, le châssis se passe désormais du très efficace train avant à pivots découplés, indispensables sur une traction puissante mais moins pertinent avec une transmission intégrale. En revanche, ce même châssis pourra profiter d’un amortissement piloté à deux lois avec un mode dédié à la conduite sur circuit. Pour parfaire cette conduite sur piste, des Michelin Pilot Sport Cup 2 seront disponibles en option.

Pour terminer, notez que cette Focus RS, en sportive pure et dure, délaisse la boîte de vitesses à double embrayage de ses concurrentes pour une plus traditionnelle et virile boîte mécanique à 6 rapports. Une vraie sportive comme on les aime, finalement !

Tags: