Il est le seul constructeur chinois au Mondial de l’Automobile. GAC, pour  Guangzhou Automobile Group, Motor a dévoilé un nouveau SUV, le GS5. Le constructeur y exposera deux de ses autres SUV, une berline et un monospace. Le constructeur était également présent fin août au salon de Moscou, à Detroit en janvier dernier où il a présenté le concept de SUV électrique Enverge.

La firme cantonaise sait que ses véhicules, au design moderne mais qui n’apportent pas grand chose sur le marché et génèrent beaucoup de CO2 avec des mécaniques pas vraiment adaptées à l’Europe, resteront marginaux. Le groupe mise plutôt sur le moyen et le long terme avec notamment de futurs modèles électriques.

GAC Motor a vendu 508 000 véhicules en Chine en 2017 contre 15 600 en 2011. Une croissance extraordinaire pour une firme qui vient de fêter ses dix ans. GAC Motor opère en outre marginalement dans quinze pays selon son site Internet, essentiellement au Moyen Orient et en Afrique.

GAC vise la couverture de dix huit pays fin 2018. Il compte débarquer en Russie dès 2019, tout comme en Europe de l’est et aux Etats Unis. Il a ouvert une antenne technique dans la Silicon Valley et un bureau de style à Los Angeles. Il annonce vouloir recruter des talents à Stuttgart, siège de Daimler Benz et Porsche, Munich, siège de BMW et Paris, dans les domaines du design, de l’ingénierie et du marketing.

Yu Jun, patron opérationnel de GAC Motor, vise un million de ventes annuelles d’ici à 2020 dont 20 % avec des véhicules électrifiés. Le PDG demeure réaliste, ses ventes hors de Chine ne devraient pas dépasser les 60 000 unités en 2020.

Tags: