Cette nouvelle Jazz va corriger le gros défaut de la génération précédente qui lui a fait perdre de nombreuses ventes en Europe, la version hybride. Elle existait pourtant au Japon mais Honda avait décidé de ne point la vendre sur le vieux continent où pourtant, il n’y avait qu’une concurrente, la Yaris de Toyota. Cette fois, l’Europe sera servie et Honda ne dit pour l’instant pas grand chose sur les caractéristiques techniques tout en sachant que cette version hybride sera la seule commercialisée. Les japonais sont parfois difficiles à comprendre…

Le moteur thermique devrait être le quatre cylindres essence 1.5 atmosphérique i-VTEC à cycle Atkinson associé à deux moteurs électriques comme sur la nouvelle Yaris. Trois modes de conduite seront disponibles, Electric qui permet de rouler en mode 100 % électrique, Hybrid où le moteur thermique sert de générateur de recharge et Engine où le moteur essence entraîne les roues motrices. Honda promet que sa Jazz sera la citadine hybride la plus économe en carburant en 2020 lors de son lancement sur le marché européen.

Pour le reste, comme Honda ne fait pas comme tout le monde, la Jazz conserve son profil de monospace et n’aime pas les lignes tendues tant à la mode ailleurs, ce qui fait du bien. Là où le constructeur japonais suit la tendance, c’est pour les feux arrières qui deviennent horizontaux. Dommage. Il y aura également une inévitable version baroudeuse parfaitement dispensable et baptisée Crosstar. Elle a une garde au sol plus importante, des protections de carrosserie et une sellerie résistante à l’eau. La motorisation est identique à la Jazz classique.

Tags: