Dévoilée fin 2014, la citadine coréenne de deuxième génération est arrivée à la moitié de sa carrière et doit passer par la case lifting pour plaire encore aux clients potentiels. Esthétiquement, c’est une face avant légèrement redessinée avec un nouveau bouclier et l’intégration de la nouvelle calandre chère à Hyundai que l’on remarque le changement. Les principales évolutions concernent surtout l’arrière du véhicule. Les feux ont été repensés avec un dessin intérieur revu tout comme le hayon qui a été retravaillé pour intégrer la plaque d’immatriculation.

L’i20 restylée profite de nouvelles jantes et propose un choix plus étendu de personnalisation grâce à une teinte biton avec toit noir et deux nouveaux coloris extérieurs, Tomato Red et Champion Blue. L’intérieur évolue très peu, Hyundai conserve la même présentation et ajoute quand même de nouveaux équipements technologiques. Nous avons droit à un nouveau système multimédia avec écran tactile de 7 pouces, la navigation GPS et la compatibilité Apple CarPlay et Android Auto.

Pour les aides à la conduite, la citadine peut maintenant compter sur le freinage d’urgence autonome, l’assistance active au maintien de voie, la détection de fatigue du conducteur et les feux de route intelligents.

Signe des temps, l’i20 ne propose plus de motorisation diesel. Seules trois versions essence restent au catalogue, 1.2L disponible en 75 et 84 ch avec une boîte de vitesses manuelle à 5 vitesses et le 3 cylindres 1.0L T GDi de 100 ch avec boîte manuelle 5 vitesses ou boîte à double embrayage à 7 rapports qui se dote d’un filtre à particules, désormais obligatoire pour les véhicules à essence dotés de l’injection directe.

Tags: