Jack The Stripper - Cabel Kawan
Logo

Jack The Stripper

A ne pas confondre avec Jack The Ripper

11 février 2019 19:52 | Publié par | Laissez vos commentaires |

De nouvelles preuves ont montré qu’un métallier qui avait assassiné deux jeunes filles dans les années 1920 était considéré comme Jack the Stripper, un tueur en série responsable de la mort horrible de six prostituées dans les années 1960. Ne le confondez pas avec Jack l’Eventreur qui assassinait également des putes mais au 19ème siècle. En 1921, Harold Jones était un employé de magasin âgé de 15 ans lorsqu’il avait tué Freda Burnell, âgée de huit ans, à Abertillery dans le Monmouthshire, avant d’être acquitté pour manque de preuves.

Deux mois plus tard, il a ramené Florence Little, 11 ans, chez ses parents, avant de la frapper à la tête avec un morceau de bois, de lui trancher la gorge et de se cacher dans le grenier. Il a plaidé coupable et est allé en prison où il a également admis avoir tué Freda. Jones a été libéré de la prison de Wandsworth en 1941 à l’âge de 35 ans et a rejoint l’armée où il est resté cinq ans. Jones a maintenant été nommé suspect dans les meurtres de Jack the Stripper, traduisez Jack le strip teaser, dans lesquels un tueur en série inconnu a enlevé les vêtements et les dents de ses victimes étranglées avant de jeter leurs corps près de la Tamise dans l’ouest de Londres entre 1964 et 1965.

David Wilson, professeur de criminologie à la Birmingham City University, revendique le nouveau documentaire de la BBC intitulé Dark Son, À la recherche d’un tueur en série. Il a découvert que Jones vivait sur l’avenue Hestercombe à Fulham dans l’ouest de Londres, à peu près au moment des meurtres, sous un nom d’emprunt et a remis un dossier de preuves à la police métropolitaine. Le professeur Wilson a été prévenu par l’historien et auteur Abertillery, Neil Milkins et a commencé à voir un lien avec le sadique sexuel sur lequel il enquêtait.

Jones vivait localement, avait changé de nom et s’appelait Harry Stevens et avait des liens avec une zone industrielle où la police a déclaré que les corps avaient été conservés avant d’être jetés dans la Tamise. Son travail de batteur de panneaux pourrait également expliquer les taches de peinture trouvées sur les corps de quatre des victimes. Le professeur Wilson espère que son enquête longue de 15 mois aidera à obtenir justice pour les familles des victimes. « Il s’agit de la plus grande affaire de meurtre en série non résolue de l’histoire criminelle britannique avec un meurtrier encore plus prolifique que Jack the Ripper », a t-il déclaré.

La première victime était Hannah Tailford, âgée de 30 ans, qui a été retrouvée près de la Tamise à Hammersmith en février 1964. Irene Lockwood, 25 ans, a été retrouvée en avril sur la même rive où le corps de Hannah avait été jeté. Quelques semaines plus tard, des passants sont tombés sur le corps d’Helen Barthelemy, âgée de 22 ans, dans une allée. En juillet, tout juste en amont de la rivière à Chiswick, les restes de Mary Fleming, âgée de 30 ans, ont été retrouvés dans une cour de garage. Le corps d’une cinquième victime, Frances Brown, âgée de 21 ans, a été découvert à Kensington en novembre de la même année.

L’équipe du professeur Wilson a finalement retrouvé la fille de Jones qui n’avait aucune idée des antécédents de son père. Elle l’a décrit comme un pèrede famille sans prétention qui a gardé un secret extrêmement sombre jusqu’à sa mort due à un cancer en 1971. Il y a quand même une justice.

De nombreuses autres personnes ont été désignées comme suspectes dans l’affaire Jack The Stripper, bien avant Harold Jones. Il s’agit notamment de l’agent de sécurité Mungo Ireland, âgé de 46 ans, qui travaillait au Heron Trading Estate où Bridget O’Hara a été retrouvée. Mais il était en Ecosse quand Bridget O’Hara a été retrouvée et il n’y avait aucune preuve le liant aux autres meurtres. Le 27 avril 1964, Kenneth Archibald, gardien du club de tennis Holland Park Lawn, a avoué à la police avoir assassiné Irene Lockwood. Il a été inculpé mais acquitté devant le Old Bailey après avoir retiré ses aveux. Aucune autre preuve n’a été trouvée.

Un autre des principaux suspects était un ancien détective, emprisonné pendant un an après avoir simulé des cambriolages pour gêner ses collègues. L’homme, qui est toujours en vie, vivait près du domaine commercial Heron Trading Estate et en voulait à la police mais aucune autre preuve n’a été découverte le liant au meurtre. Parmi les autres personnes interrogées figurent un assistant mortuaire et un chirurgien dentiste.

Selon une théorie avancée par l’ancien journaliste judiciaire Michael Litchfield, le meurtrier était l’ancien boxeur Freddie Mills. Il pense que Mills a reconnu sa culpabilité devant le détective de Scotland Yard et son compatriote franc maçon chargé de l’enquête. Selon les sources de Litchfield, le suspect aurait quitté la réunion pour rendre visite aux frères Kray qu’il avait connu au cours de sa carrière de boxeur. Là, dans ce que l’auteur pensait être une tentative lâche d’échapper à la justice, Mills proposa aux frères 1 000 £ pour qu’ils puissent organiser son propre meurtre. Après avoir accepté les conditions de Mills, la mort serait rapide et on ne lui dirait pas l’heure, les Krays ont divisé l’argent et ont donné le reste à Jimmy Moody, âgé de 24 ans. Mills a ensuite emprunté un fusil automatique FN de calibre 22 à un ami en prétendant que c’était pour une soirée déguisée, un geste qui, espérait il, ferait ressembler sa mort à un suicide. Il a ensuite été abattu dans sa voiture.

Tags : , , , ,

Classés dans :

Pour aller plus loin

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.