Cantoche, réfectoire, restaurant d’entreprise, on a tous des souvenirs, bons ou moins bons, de repas pris en collectivité. Il n’y a pas un demi pensionnaire qui ne se souvienne pas de goûts découverts, des dégoûts aussi, ni de tables partagées avec ses copains qui étymologiquement sont ceux avec lesquels on partage le pain sans tendresse. Car la cantine est autant un lieu d’interaction que de restauration.

La cantine est également un lieu censé éduquer au goût. Il semblerait aussi, selon les experts, qu’elle soit le lieu d’origine de nos pires dégoûts alimentaires. Impossible de ne pas oublier le trop plein de sauce, les pâtes baignant dans l’huile, la quiche trop molle, les biscuits industriels servis avec la compote ou les plats trop fades sans couleur ni saveur. On a tous une anecdote de cantine. Des souvenirs auxquels on aime repenser avec une certaine nostalgie quand on troquait sa Danette contre un cordon bleu, qu’on catapultait les petits pois ou qu’on attendait la fin du service pour espérer un peu rab. Le souvenir aussi des plats populaires parfois mal aimés qui pouvaient laisser des traumatismes irréversibles mais à qui on fait une place et qu’on vous sert sur un plateau.

Tags: