A cause d’un poids et d’une taille peu adaptée aux vieux continent, ce gros SUV ne viendra pas en Europe avant la fin de l’année, quand il sera disponible avec une motorisation hybride, seule capable de maintenir le malus écologique dans des proportions raisonnables. Ceci dit, il y a bien assez de SUV sur les routes pour regretter cela.

Comme les constructeurs font tous la même chose en ce moment, ce Sorento délaisse les lignes douces aux profits des angles vifs, si bien qu’il ressemble, de 3/4 avant, à un Renault Koleos lequel ressemble à un Range Rover. Du coup, cela le dévalorise et valorise ceux qui l’ont précédé et ce n’est pas la calandre dite nez de tigre qui aidera à le distinguer sur la route sauf peut être vu de l’arrière avec ses feux horribles.

Les coréens ne semblent pas encore tout à fait débarrasser de leur manie de copier ce qui se fait de mieux, comme le faisaient les Japonais au début de leur présence en Europe. L’intérieur singe celui des Mercedes avec deux écrans tactiles de 12.3 et 10.25 pouces accolés et rejoints par une vitre fumée pour donner l’illusion de ne faire qu’un. Sauf que, encore une fois, on se retrouve avec une planche de bord sans aucune personnalité, les aérateurs centraux imitant parfaitement ce qui se fait chez Volvo. Et comme il affiche un prix de vente aussi musclé que ses inspirations sans en avoir l’image, sa carrière commerciale devrait être compliquée…

Tags: