Est-ce l’un des effets de la crise sanitaire mondiale, un laisser-aller dans un pays qui ne manquent pourtant pas de moyens ? Toujours est-il qu’à Dubaï, les supercars sont comme toutes les voitures usagées, bien qu’elles puissent encore servir et son abandonnées à leur triste sort dans une casse ou en périphérie des villes. Triste spectacle en vérité pour tout amateur de belles voitures.

Tags: