Les fournisseurs de Boeing se préparent à l’arrêt de la production en janvier 2020 du 737-MAX. L’échec désastreux de l’avion entraînera une perte de revenus conséquente pour des centaines de sous traitants. Boeing a continué d’acheter des pièces auprès de certains fournisseurs à un taux de production supérieur au sien afin de maintenir la chaîne d’approvisionnement et d’éviter des perturbations majeures lorsque le MAX sera de retour en service. Mais ces photos montrent qu’il y a des dizaines de fuselages de 737-MAX stockés à l’extérieur d’une usine située à Wichita au Kansas. Spirit AeroSystems réalise près de 80 % de son chiffre d’affaires avec Boeing car ce sous traitant fabrique le fuselage, les pylônes, l’inverseur de poussée, les bords d’arettage des ailes et les nacelles du moteur du 737-MAX. Spirit a continué à produire des pièces pour le jet à un rythme allant jusqu’à 52 unités par mois même si Boeing a réduit sa propre production à 42 avions par mois et au moins 90 fuselages sont maintenant stockés à l’air libre sur le béton. La suspension de la production du MAX exercera une pression financière redoutable sur les fournisseurs qui dépendent de Boeing et il y en a beaucoup. Si les entreprises d’approvisionnement en pièces cessent la production, il leur sera difficile de redémarrer rapidement leurs usines, ce qui pourrait retarder davantage le démarrage des chaînes d’assemblage de 737-MAX. L’avion a été cloué au sol dans le monde entier en mars 2019 après le deuxième accident mortel en Indonésie qui suivait celui survenu en Éthiopie et qui a tué un total de 346 personnes. Ces catastrophes sont dues au système automatisé d’anti décrochage défectueux que Boeing n’a reconnu que sous la pression des autorités et des associations de passagers.

Source photos

Tags: