L’aura pas duré l’âge d’un vieux cheval ! Suite au limogeage départ de Carlos Tavares pour Peugeot et initiateur de ce revival, la renaissance d’Alpine a pris un grand coup dans la gueule ce week-end, Carlos 1er n’ayant finalement pas apprécié ce projet mené conjointement par Renault & Caterham, le petit constructeur désormais malaisien, également client de Renault en Formule 1.

Caterham avait de grande ambitions et voulait même, à terme, construire un SUV sportif, toujours avec Renault. Mais ce mariage passait d’abord par la renaissance d’Alpine avec le projet d’une nouvelle berlinette qui devait être construite en deux versions dans l’ex-usine Alpine de Dieppe.

Cette usine assemble les modèles RS de Renault et le Losange avait prévu la mécanique de la Clio 4 RS pour sa future Berlinette. D’environ 230 ch, ce moteur ne convenait déjà pas à Caterham qui souhaitait une puissance de 300 ch.

Le divorce est aujourd’hui officiel et il y a maintenant fort à parier que Caterham arrêtera la Formule 1 à la fin de cette année 2014, comme l’avait déjà laisser entendre Tony Fernandes, le fantasque propriétaire de Caterham et de Air Asia. L’unique usine que possède Caterham se situe en Grande Bretagne, Dartford dans le Kent.

Quand à l’usine de Dieppe, aucune conséquence pour les 300 employés qui ont été rassurés par Renault. Ils ont reçu la promesse de la marque d’assembler jus’qu’en 2018 au moins la Clio 4 RS actuelle mais également de futurs dérivés. Il n’en reste pas moins vrai que ce divorce signe la fin du retour d’Alpine chez Renault avant même qu’il ait commencé… A moins que.

Tags: