Les blocages dans les égouts sont assez courants dans les villes du monde entier mais quelle doit être la masse de crasse compactée avant qu’elle n’ait son propre nom ? En 2013, une masse de lingettes humides, de préservatifs, de produits d’hygiène et d’autres déchets que les gens ne devraient pas jeter dans les toilettes a été retirée des égouts de Londres sous Kingston upon Thames. A la suite de cet mini événement, un nouveau terme est né, fatberg.

Qu’est ce qu’un fatberg ? Il s’agit d’une masse d’huile de cuisson et de graisse, le plus souvent, qui se combinent et se solidifient dans l’environnement alcalin des égouts avec toutes sortes de matériaux en particulier les lingettes humides pouvant être jetées dans les toilettes et qui constituent plus de 90 % du fatberg. Les produits d’hygiène, les tampons de coton et le papier hygiénique forment une masse solide et immuable, aussi dure que le béton. Les fatbergs commencent généralement à se former contre les aspérités des parois des égouts, autour des coudes des tuyaux d’évacuation, des obstructions saillantes telles que les racines des arbres et tout ce qui peut retenir des débris. Les égouts en briques de l’époque victorienne de Londres sont particulièrement sensibles à ce problème. Alors que les lingettes humides et les serviettes hygiéniques constituent l’essentiel du fatberg, l’ingrédient secret de ce mélange est la graisse de cuisson que les gens déversent dans leur évier de cuisine. Les alcalis contenus dans le savon et le détergent se combinent avec la graisse et la transforment en une masse collante et gluante qui agit comme un adhésif liant toutes les ordures ensemble en une seule masse solide.

L’élimination des graisses et des huiles, connues sous le nom de brouillards dans le secteur des eaux usées, est un problème de longue date dans l’industrie mais elle ne fait jamais l’objet de beaucoup de publicité et le public reste donc largement inconscient de ce qu’il peut ou ne peut pas faire passer par les égouts. Ce n’est qu’après la découverte de la boule de graisse congelée de 15 tonnes sous la rue de Londres que le sujet a retenu l’attention des médias et que le mot fatberg a été inventé. « Personne ne s’intéresse aux brouillards », déclare Vyki Sparkes du Museum of London. « Vous pouvez parler de brouillard, personne ne comprend. Mais commencez à utiliser le terme fatberg et cela prend vie. Les gens peuvent le visualiser. »

Cependant, le pire était encore à venir. En septembre 2017, un fatberg monstrueux de 250 mètres de long et pesant 130 tonnes bloquait un égout à Whitechapel dans l’est de Londres. Il a fallu neuf semaines aux travailleurs pour retirer la masse solidifiée. Le même mois, une autre masse de graisse et d’ordures solidifiées a été découverte dans les rues de Baltimore aux États Unis, provoquant l’engorgement des toilettes et le déversement de millions de litres d’eaux usées. Le fatberg de Whitechapel est devenu une source de fascination internationale. Le Museum of London a même acquis une infime partie du fatberg infaillible et l’a présentée dans une exposition comme un rappel effroyable du caractère destructeur de l’environnement de notre époque et comme un outil éducatif pour informer les gens de ce qu’il ne faut pas jeter à la poubelle, aux toilettes ou dans l’évier. « C’est frustrant car ces situations sont totalement évitables et sont causées par l’évacuation de la graisse, des huiles et des lingettes », a déclaré Matt Rimmer, le responsable de la société qui veille à la propreté des égouts de Londres. « Les égouts ne sont pas un gouffre pour les ordures ménagères et notre message à tout le monde est clair, veuillez jeter à la poubelle, ne bloquez pas les égouts. »

Notez qu’en 2018, une plaque d’égout spéciale a été installée pour commémorer la victoire de Thames Water sur le tristement célèbre Whitechapel Fatberg de 130 tonnes. La grande majorité, plus de 90%, de la graisse trouvée dans les égouts provient de restaurants en raison de pièges à graisse défectueux ou inexistants qui permettent à la graisse, aux huiles et aux restes de nourriture de s’infiltrer dans les tuyaux et les drainages. Les lingettes humides sont un autre facteur contributif souvent qualifié de jetable dans les toilettes alors qu’elles ne sont pas biodégradables comme le papier hygiénique. Le seul point positif de cette histoire est que les fatbergs peuvent être convertis en biocarburant. Le Fatberg de Whitechapel a produit environ 10 000 litres de biocarburant suffisants pour alimenter 350 bus londoniens à impériale pendant une journée. Voilà enfin une bonne nouvelle !

Tags: