Le Kenya a lancé le plus grand parc éolien d’Afrique dans le but de renforcer la capacité de production d’électricité et de répondre à l’ambitieux objectif du pays de produire 100 % d’énergie verte d’ici 2020. La ferme, connue sous le nom d’énergie éolienne du lac Turkana générera environ 310 mégawatts au réseau national et augmentera l’approvisionnement en électricité du pays de 13 % a annoncé vendredi le président Uhuru Kenyatta. « Aujourd’hui, nous avons encore relevé la barre pour le continent en dévoilant le plus grand parc éolien d’Afrique », a déclaré Kenyatta. « Le Kenya est sans aucun doute sur la bonne voie pour devenir un leader mondial des énergies renouvelables. » Le projet est alimenté par le vent du corridor Turkana, un jet stream en basse altitude provenant de l’océan Indien et souffle toute l’année selon un communiqué du gouvernement.

Un consortium international de prêteurs et de producteurs, comprenant la Banque africaine de développement, s’est réuni pour installer les 365 éoliennes, qui coûtent environ 700 millions de dollars, le plus important investissement privé de l’histoire du Kenya a déclaré le président Kenyatta. Les éoliennes à pales de 52 mètres tireront parti des forts vents dans la région éloignée. Au cours des dernières années, le Kenya a progressé en investissant dans des sources d’énergie propres. Selon le rapport sur le statut mondial des énergies renouvelables 2018, le pays se classe au 9ème rang mondial pour sa capacité de production d’énergie géothermique pouvant atteindre 700 mégawatts. Environ 70 % de l’électricité nationale du Kenya provient de sources renouvelables telles que l’hydroélectricité et la géothermie. La société publique d’électricité KenGen produit environ 80 % de l’électricité consommée au Kenya dont 65 % provient d’hydroélectricité qu’elle vend à Kenya Power, la principale entreprise de transport d’électricité du pays.

Le LTWP du Kenya n’est pas le seul projet éolien existant sur le continent. L’Afrique dispose de parcs éoliens pleinement opérationnels au Maroc, en Éthiopie et en Afrique du Sud, fournissant une énergie durable. En Afrique du Sud, l’énergie éolienne stimule déjà l’électricité. Avec cinq parcs éoliens en place, le pays a ajouté 645,71 MW collectifs au réseau national. En Éthiopie, deux de ses parcs éoliens représentent 324 MW de la production totale d’électricité du pays de 4180 MW. Alors que ces projets contribueront à renforcer l’approvisionnement en énergie sur le continent, l’Agence internationale de l’énergie a déclaré que l’Afrique subsaharienne devait investir 300 milliards de dollars pour permettre l’accès universel à l’électricité d’ici 2030.

Tags: