Précurseur du genre SUV, le Range Rover fête cette année ses 50 ans mais ses origines sont plus lointaines. Dès les années 1950, le constructeur britannique est porté par le succès du rustique Série III alias Defender mais souhaite élargir sa gamme avec un véhicule plus confortable tout en gardant les capacités de franchissement propres à Land Rover. Un premier prototype baptisé Road Rover voit le jour en 1952. Le mulet est une propulsion et se rapproche de la philosophie des SUV d’aujourd’hui. Sa carrosserie est reconnaissable avec une face avant qui fait penser aux autres modèles Land Rover de l’époque. Sous certains angles, on a même l’impression de voir un Serie III remanié avec un hard top.

Le projet sera abandonné en 1956, remplacé par une deuxième série de prototypes Road Rover. Cette fois, l’inspiration vient des Etats Unis avec une carrosserie plus proche d’une berline ou d’un break façon Jeep Wagoneer. Le style est plus doux avec des ailes arrondies et un vitrage panoramique qui fait tout le tour du véhicule. Mais une fois encore, le projet est abandonné en 1959, quelques temps avant la commercialisation prévue mais l’idée a fait son chemin.

C’est en 1966 que le projet refait surface avec le prototype Velar. Toujours inspiré des véhicules de loisirs de plus en plus demandés aux Etats Unis, Land Rover planche à nouveau sur un précurseur des SUV actuels. Le cahier des charges parlait de break même si les capacités de franchissement ne sont pas oubliées. Les prototypes, baptisés Velar pour ne pas évoquer le futur patronyme Range Rover, le nom Velar sera d’ailleurs repris dans la gamme actuelle, seront envoyés sur les routes et même dans le désert du Sahara en fin d’année 1969. Ils termineront leur mise au point en 1970, date de commercialisation du premier Range.

Le premier Range Rover est en quelque sorte un OVNI avec seulement trois portes mais son look très cubique est reconnaissable entre mille. Voulu un peu plus luxueux que le reste de la gamme, il n’oublie pas les astuces plus rudimentaires comme un intérieur lavable au jet d’eau grâce à une petite évacuation dans le plancher. A son lancement, il s’équipe d’un gros V8 3.5l d’origine Buick qui développe 156 ch associé à une boîte manuelle avec boîte de transfert.

La carrosserie trois portes restera la seule disponible au catalogue pendant dix ans. Une version cinq portes arrivera en 1981 et deviendra ensuite la seule disponiblee sur les générations suivantes. Une boîte automatique arrive en 1982 suivie par quelques modifications esthétiques et techniques dès 1986 parmi lesquelles un moteur diesel, l’ABS et une suspension pilotée.

En 1994, le Range Rover passe à la seconde génération. Nommée P38, elle garde des traits proches de l’ancien pour ne pas choquer les clients avec des évolutions par petites touches. C’est sous le capot que l’évolution est la plus flagrante. Le bloc diesel de l’italien VM est remplacé par un six cylindres en ligne d’origine BMW, bien plus noble et plus fiable, le constructeur allemand ayant racheter Rover la même année.

En 2002, la troisième génération du Range Rover est dévoilée. Cette fois, c’est Ford qui a racheté la marque. Pourtant, cette génération L322 du Range a été en partie réalisée sous l’ère BMW et on retrouve des V8 essence et six cylindres diesel provenant de la marque allemande. Ford, qui détient aussi Jaguar, fera le ménage en 2005 en implantant ses V8 essence et diesel. L’américain continuera à développer le positionnement luxueux du 4×4 avec des variantes Autobiography toujours plus équipées et chics. Une simple adaptation pour des clients préférant le luxe et les beaux quartiers au hors piste dans la boue.

En 2008, Ford revend Jaguar-Land Rover à l’indien Tata. Le groupe continue sur sa lancée en développant une gamme plus large avec le plus compact Évoque dès 2010 mais sans oublier le Range. Il subit régulièrement quelques retouches, notamment en 2010 avec l’arrivée d’un V8 diesel 4.4l de 313 ch et un important restylage de fin de carrière.

En 2012, la quatrième et actuelle génération du Range Rover est présentée. Son nom de code est L405. Encore plus raffiné, il cible les acheteurs de véhicules de luxe et soigne son efficience énergétique en proposant en 2017 une variante hybride rechargeable de 404 ch. Les six cylindres et V8 diesel et le V8 essence de 535 ch font de la résistance mais les normes européennes antipollution étant de plus en plus drastiques, le Range se vend le plus souvent en hybride léger ou hybride rechargeable, comme pour la variante Velar et Range Rover Sport.

Tags: