Aucun stéréotype dans cet article, juste une visite de bars étranges existants au Japon et permettant de mieux mesurer l’écart qui existe entre la mentalité occidentale et l’asiatique. C’est parti pour une tournées des grands ducs !

vibe-bar_japon
Vibe Bar : situé à Tokyo dans le quartier Shibuya, Vibe Bar propose une sélection de plus de 300 jouets sexuels à essayer accompagnés d’un bon verre. Bien sûr, et heureusement, pas question de s’enfoncer un gode là où vous pensez mais une fois que vous franchissez la porte en forme de vagin et payez l’entrée, vous pouvez caresser et inspecter les godes pendant deux heures d’enfilée, pardon, d’affilée. Et si vous trouvez celui que vous aimez, vous pouvez l’acheter et le ramener à la maison… par tout moyen à votre convenance !

 

Neko Bar Akanasu
Neko Bar Akanasu : la société japonaise n’est pas vraiment connu pour être fan d’animaux, en raison des petits espaces de vie pour les humains et une prédilection culturelle pour la propreté. Cela ne l’empêche pas de vouloir la compagnie d’animaux. Un endroit où vous pouvez profiter de quelques câlins félins est Neko Bar Akanasu, situé à Izakaya par la station Ekoda. Cinq chats errent autour des locaux de leur propre gré et n’hésitent pas à s’asseoir sur les genoux des clients. Des affiches autour des locaux avertissent les clients de ne pas les saisir ou d’essayer de les faire jouer quand ils sont mal lunés, ce qui arrive bien sûr souvent avec ces sales bêtes.
alcatraz-er-tokyo-sexy-japonaise
Alcatraz ER : pour barrés et autres tarés nostalgiques, ce restaurant à thème excentrique combine prison et hôpital dans un mélange de sang et de bizarreries. Les boissons sont servies dans des seringues géantes, les serveuses sont habillés comme les infirmières soignant les déments et si vous voulez attirer leur attention, vous devez frapper sur les barres de votre prison-cellule-stand avec un tuyau de plomb. Il y a même des clowns-tueurs, dans la veine du Ça de Stephen King, menaçant les clients avec des armes en plastique et des godes géants, évidemment. Le Kinjité (sujet tabou au japon) a encore frappé mais Charles Bronson n’est plus là pour protéger la veuve et l’orphelin.
shooting-bar-ea
Tir Bar EA : le Japon a quelques-unes des plus strictes lois sur les armes au monde mais cela ne signifie pas que ses habitants n’aiment pas les armes à feu. Et que dire de la combinaison des armes à feu avec de l’alcool ? Voilà ce qui arrive tous les soirs à Tir Bar EA où vous pouvez tirer sur les bouchons de toutes les bouteilles ! Bien sûr, les armes sont à air comprimé et les cibles en papier. Pendant que vous attendez de tirer avec ddes répliques de AK-47, vous pouvez prendre un verre de leur fameux alcool dit de qualité militaire !
kayabukiya
Kayabukiya Tavern : contrairement à beaucoup d’autres bars de cette sélection, Kayabukiya Tavern ressemble à un bar normal… en apparence. Le décor est celui d’une jolie maison avec des murs lambrissés et photographies de clients satisfaits. Mais c’est le personnel-serveur qui fait l’originalité de ce troquet. Deux des plus célèbres serveuses de Kayabukiya ne sont pas humains mais macaques . Yat-chan et Fuku-chan, une jolie paire paire de primates, prennent les commandes des boissons des clients et sont récompensés avec de délicieux haricots mungo bouillis. Étonnamment, le propriétaire du bar n’a pas réellement appris aux singes le service en salle, ceux-ci se sont formés en observant leurs homologues humains et ils sont sacrément bons ! De quoi réfléchir, une fois de plus, à la prétendue position d’espèce dominante qu’à l’humain sur la planète…
christon
Christon : les religions occidentales sont les bienvenues au Japon. Christon, un bar de Tokyo, le prouve avec une iconographie judéo-chrétienne présente partout. Certains des éléments, y compris l’autel principal, ont été effectivement achetés auprès d’églises médiévales européennes authentiques. Le décor est attrayant pour qui aime le style Gothic Lolita, sous-culture populaire parmi certaines adolescentes nippones. Il n’est donc pas surprenant que Christon est parfois utilisé pour des nuits privées de servitude fétichiste… Rassurez-vous, la flagellation et la crucifixion ne sont pas tolérées.
office
Office : quand vous quittez le bureau après une dure journée de labeur au Japon, quoi de mieux d’aller dans un bar qui est un bureau ? La contradiction est significative si vous aimez les burn-out et cet estaminet est l’idéal dans ce cas ! Office est sis à Tokyo et reproduit parfaitement un milieu de travail avec photocopieuse, présentations PowerPoint sur les murs et tables à dessin. L’endroit est un lieu de rencontre populaire pour les cervelles cramées par le boulot grâce aux musiciens qui jouent des airs… d’ascenseur.
penguin-bar
Penguin Bar Ikebukuro : après les singes, les pingouins. Il ne s’agit pas pour autant du bar très sélect et glacé d’Oswald Chesterfield Cobblepot, le fameux pingouin ennemi de Batman. Les pingouins sont ici inoffensifs et ce lieu leur est dédié avec des murs tapissés de photos des oiseaux, une piscine pour qu’ils se baignent tout en vous narguant. Vous pouvez également payer un peu plus pour avoir la chance de nourrir les pingouins avec des poissons morts, la grande classe si vous aimez ça.
little-tgv
Little TGV : pas de SNCF au Japon, heureusement pour eux mais une séance de rattrapage est possible avec Little TGV. Dédié aux Otakus, l’équivalent des Nerds au pays du soleil levant, ce bar reproduit un train bien sinistre heureusement égayé par ses hôtesses bien plus sexy que les contrôleurs français. Nous somme bien au Japon !
Kaiju Sakaba
Kaiju Sakaba : un kaiju est un monstre énorme, Godzilla étant l’exemple le plus connu et le film Pacific Rim les ayant montré sous un jour nouveau. Ce bar est donc réservé aux fans de ces bestioles avec des vitrines pleines de modèles de monstres en plastique, qui remplissent les tables. Le directeur de l’établissement porte même un costume absurde quand il va s’assurer que les clients sont satisfaits. Nourriture et boissons sont tous sur le même thème mais gardez à l’esprit que les super-héros et les membres de la patrouille anti-kaijus ne sont pas autorisés dans cet endroit.
kagaya
Kagaya : le dernier de cette liste est quasi-indéfinissable pour les non-japonais. Considéré comme le bar le plus étrange de Tokyo, Kagaya frappe les consciences car il ne s’inspire de… rien ! Il ressemble à un izakaya ordinaire dans le sous-sol d’un centre commercial, à la décoration sobre et à la musique légère. Mais une fois que vous rencontrez l’animateur Mark Kagaya, toute la normalité passe par la fenêtre. Le port de costumes bizarres ou d’énormes marionnettes à l’appui, Kagaya sert des boissons dans des fontaines-pipi, secouant tasses et autres objets que la morale réprouve. Les clients sont invités à choisir les menus classés par pays et parfois, la mère de Mark, âgée de 70 ans, aide juste pour le plaisir.

 Source

 

Tags: