L’ambassade des États Unis à Téhéran en Iran reste figée dans le temps depuis 1979. Le quarantième anniversaire de la crise des otages est évoqué par cette capsule temporelle qui contient des graffitis révolutionnaires, des machines à écrire de marque Underwood et d’antiques téléphones à cadran. Le complexe diplomatique américain avait été envahi par des étudiants en colère lorsque Washington avait autorisé l’évacuation de Shah Mohammad Reza Pahlavi aux États Unis pour un traitement médical. Ce qui a commencé par une manifestation relativement pacifiques’est transformé par la suite en 444 jours de captivité pour les 52 américains de l’ambassade.

De nos jours, l’établissement reste sous la garde et le contrôle du Basij, une branche de volontaires de la garde révolutionnaire paramilitaire iranienne. L’ambassade est devenue en partie un musée et un espace de travail pour des groupes d’étudiants. A Washington, l’ambassade iranienne reste vide depuis que le président de l’époque, Jimmy Carter, a ordonné l’expulsion de tous les diplomates iraniens pendant la crise des otages. Elle soit fermée au public et gérée par le département d’état américain.

Source photos

Tags: