Drôle d’histoire que celle de cette voiture méconnue voire inconnue et pour cause. Existant à un seul exemplaire sous forme de prototype, cette Corniche de Bentley aurait dû être commercialisée en 1939. Seulement, avec l’arrivée de la seconde guerre mondiale, ce prototype avait disparu des radars. Accidenté pendant des essais routiers en France, la Corniche devait être rapatriée en Angleterre pour réparations avant d’être commercialisé quelques mois plus tard. Le châssis était arrivé à l’usine Bentley de Crewe mais pas la carrosserie Elle avait été séparée du châssis pour être réparée dans un atelier français agréé par Bentley et est détruite après sa réparation. Elle attendait son transfert entreposée au port de Dieppe et ne survivra pas aux raids aériens de 1939 entraînant sa disparition définitive.

Bentley voulait réparer ce que la marque britannique considère toujours comme une injustice et a recréé cette unique Corniche de 1939. La marque a travaillé sur cette voiture historique avec le soutien de l’atelier de transformation Mulliner qui, plus habitué aux voitures exclusives et aux transformations pour des personnalités publiques. Des croquis donnés par la famille du designer originel le français Georges Paulin ont été nécessaires pour reconstruire cette Corniche qui devait évidemment être le sosie de l’originale. Certaines pièces avaient été produites à l’époque pour fabriquer d’autres Corniche en petite série et avaient été conservées jusque dans les années 1970 avant d’être vendues. Il aura fallu bien longtemps pour en retrouver et pour les manquantes, les reconstruire avec l’aide de la CAO. La peinture a ététravaillée pendant des heures par des spécialistes pour trouver le mélange qui se rapproche le plus de la teinte Imperial Maroon originale.

Des centaines d’heures ont été nécessaires aux équipes qui ont travaillé sur cette Corniche rénovée de A à Z. Des apprentis ont également eu la chance d’y participer et d’y ajouter leur touche personnelle pour le coffre avec une boîte à outils inédite. Le pari était de terminer la restauration avant le centenaire de la marque et non seulement c’est réussi mais c’est un véritable plaisir d’admirer cette splendide carrosserie. Quand nous vous disions que son histoire n’était pas banale !

Tags: