D’incroyables et spectaculaires photographies parisiennes du tournant du XXème siècle font partie d’une exposition parisienne audacieuse et spectaculaire destinée à promouvoir l’égalité raciale à la suite de la guerre civile américaine. Il y a environ 120 ans, des érudits, des écrivains et des intellectuels afro américains étaient confrontés à une course contre la montre pour présenter une exposition pouvant être vue par des dizaines de millions de personnes et susceptible de modifier le cours de l’histoire.

En 1899, l’avocat afro américain Thomas Calloway eut l’idée d’organiser une exposition pour l’Exposition universelle de 1900 à Paris. Conscient que le monde entier aurait les yeux rivés sur la ville des lumières et sur la magnifique tour en métal construite par Alexandre Gustave Eiffel et qui en servirait d’entrée, Calloway pensait que ce grand événement serait une plate forme idéale pour présenter la société afro américaine pendant près de quatre décennies après la fin de l’esclavage légal.

Il s’est immédiatement tourné vers le bibliothécaire Daniel Murray et son ancien camarade d’université et activiste intellectuel éminent, WEB Du Bois, pour l’aider à organiser son exposition très attendue appelée Exposition de nègres américains. Les photographies remarquables comprenaient une classe d’universitaires noirs vêtus élégamment diplômés de l’Université Howard de Washington DC, une confrérie de religieuses près d’une église de la Nouvelle Orléans et un groupe de journalistes assidus du Planet à Richmond, Virginie.

Outre des photographies et des portraits d’un échantillon représentatif de la population afro américaine, l’exposition comprenait des livres écrits et des brevets détenus par des créateurs noirs ainsi que des dizaines de diagrammes, de graphiques et de dessins décrivant la démographie et la situation économique des noirs en 1900.

Tags: