Avec des familles entières entassées dans des maisons d’une chambre et des enfants jouant dans des rues sales, la vie dans les bidonvilles de Melbourne dans les années 1930 était bien différente de la métropole moderne que nous connaissons aujourd’hui. Au plus fort de la période appelée Grande Dépression, le taux de chômage à Melbourne atteignait 30 % et des milliers de familles ont lutté pour leur survie. Les banlieues situées à l’intérieur de la ville, notamment Collingwood, Richmond, Fitzroy et Carlton, regorgeaient de maisons en planches laissées à l’abandon et exposées à la criminalité et à la maladie. La vie dans ces bidonvilles a été documentée par le réformateur social australien Frederick Oswald Barnett, un comptable de la classe ouvrière de Brunswick qui a fait campagne pour de meilleurs logements. Une collection de ses photos, conservée par la State Library of Victoria, est réapparue après le 136ème anniversaire de la naissance de Frederick Oswald Barnett.

Tags: