Jamais un moteur Honda de l’ère hybride de Formule 1 n’avait été aussi performant. Anémique pendant trois saisons chez McLaren pour cause de monoplace inadaptée, le V6 hybride s’était refait une petite santé pendant une année lors de l’apprentissage chez Toro Rosso. En 2019, Red Bull a largué son partenaire historique Renault avec à la clé un divorce houleux, doux euphémisme et s’est jeté dans les bras de la douce geisha japonaise.

Résultat aujourd’hui, Max Verstappen, second sur la ligne de départ, loupe complètement son envol à cause du système anti calage, part le couteau entre les dents, atomise son coéquipier français Pierre Gasly qui concédera un tour de retard sur la ligne d’arrivée, ce même Gasly qui devrait rapidement retourner à la maternelle Toro Rosso tandis que le russe Daniil Kvyat, qui a connu le même désagrément au profit de Verstappen, pourrait reprendre le baquet de la Red Bull.

Mad Max a méthodiquement rattrapé et doublé tous ses adversaires qui le précédait, y compris Charles Leclerc qui menait tranquillement mais qui n’a pas pu résister à la tornade orange suite à un dépassement polémique où la Red Bull a bouté hors de la trajectoire la Ferrari. Il y a eu enquête des commissaires qui ont finalement et raisonnablement déclaré qu’il n’y avait aucune sanction à donner et tant mieux car après le Canada, cela aurait fait vraiment de trop.

L’autre étoile du week end fut Lando Norris, le pilote de la McLaren… Renault qui elle aussi est performante puisque l’écurie détient maintenant la quatrième place du championnat du monde des constructeurs derrière les Big Three. Ironie du sort, l’écurie Renault patauge lamentablement avec pourtant Daniel Ricciardo au volant mais le châssis de la monoplace jaune et noire n’est pas bon à grand chose et se fait taper par son ex client autrichien et son client britannique…

Cependant, les Mercedes restent en tête des deux championnats même si elles n’ont pas brillé de leur éclat habituel en Autriche. Et c’est tant mieux.

Tags: