Les photographies qui composent l’herbier suburbain de William Arnold apparaissent plus comme des indices que des spécimens. Ce ne sont pas les plantes que nous remarquerions au passage des bordures et des haies, mais une idée d’entre elles, transmutées et transmises par des méthodes photographiques magiques et antiques.

Tags: