Si la Classe C a été la plus vendue des Mercedes dans le monde en 2017, c’est en partie à sa vaste gamme qu’elle le doit. Outre la berline et le break, restylées au dernier Salon de Genève, la familiale à l’Etoile propose en effet des carrosseries Coupé et Cabriolet. Deux variantes qui s’offrent à leur tour un lifing tout aussi discret que celui des versions à quatre ou cinq portes. Plus que l’apparence extérieure, c’est en effet la technique qui évolue. Toutes les Classe C profitent en effet d’un nouveau quatre cylindres 1.5 turbo essence, fort de 184 ch et épaulé par un alterno-démarreur capable de rajouter 12 kW supplémentaires. Une fonction baptisée EQ Boost et qui se combine avec un réseau électrique en 48 V, au lieu des 12 V habituels.

Une version deux litres de ce moteur débarquera par la suite tandis que le 2.1 diesel est également remplacé par un 2.0 développant 194 ch et emprunté à la Classe E. Quant à la sportive C 43 AMG, elle n’aura pas droit au récent six cylindres en ligne des CLS ou Classe S car elle reste fidèle au V6 qui passe de 367 à 390 ch. Il reste encore à découvrir la Mercedes-AMG C 63 qui conservera un V8 biturbo. Comme sur les berlines et breaks, la cure de jouvence de ces Classe C Coupé et Cabriolet concerne aussi l’habitacle et l’équipement avec l’arrivée d’une instrumentation 100 % numérique, de phares 100 % diodes en série ou d’un écran central plus grand même si le nouveau système multimédia de la dernière Classe A n’est pas encore au programme.

Tags: