L’Isetta était une minuscule voiture de ville qui se distinguait par son unique portière découvrant tout l’avant du véhicule. C’est surtout cette micro voiture qui permit à BMW d’éviter la faillite, le constructeur allemand la produisant sous licence.

Voici le retour de l’Isetta avec ce petit bidule adorable nommé Microlino. Fort justement électrique, elle en reprend le gabarit très mesuré avec 2.43 m de long et 1.50 m de large ainsi que le système de portière sur la face avant, celle ci incluant le tableau de bord et la direction.

Aujourd’hui, la Microlino est enfin prête à faire ses débuts sur le marché puisqu’elle vient de recevoir l’homologation européenne. Bien entendu, elle a été homologuée dans la catégorie des quadricycles lourds ce qui fait qu’elle n’est pas soumise aux mêmes normes de sécurité que les voitures communes. Elle se range ainsi dans la même famille que la Renault Twizy et ne peut, comme cette dernière, emmener que deux personnes.

Dotée d’un moteur électrique de 15 kW, elle peut rouler à 90 km/h maxi et parcourir le 0 à 50 km/h en 5 s. Deux batteries sont disponibles au choix, affichant des capacités de 8 kW/h et 14.4 kWh et permettant à la Microlino de revendiquer des valeurs d’autonomie de 125 et 200 km. Ces performances plutôt honnêtes sont à mettre notamment sur le compte d’un poids à vide limité à 435 kg.

Disponible en Suisse dès la fin de l’année puis en Allemagne, la Microlino devrait être distribuée sur d’autres marchés dont la France dans le courant de l’année 2019. Les tarifs démarrent pour la Suisse à 12 650 €. Si cela la place au même niveau qu’une véritable citadine de segment A, plus logeable et pratique, la Microlino garde comme atout son style unique qui la démarque franchement du commun des automobiles.

Tags: