Mini appartient à BMW depuis 1994 mais la mise en commun des motorisations est relativement récente entre les deux marques. BMW s’est converti à la traction avant, d’abord avec le monospace Série 2 puis avec le X1 et maintenant avec la Série 1 en reprenant la base technique en vigueur chez Mini. Pour l’électrique, le partage des technologies a été tardif. La citadine i3 existe depuis 2013 chez BMW mais la première Mini électrique aura attendu cette année 2019. Aujourd’hui, voici cette Cooper SE et il était temps face à la concurrence.

Pas de surprise pour l’esthétique, une Mini reste une Mini. Pour le groupe motopropulseur qui est différent de celui de la i3 S, la Mini Cooper SE loge une batterie d’une capacité de 32.6 kWh, contre 42.2 kWh pour la i3 S, batterie qui alimente un moteur de 184 ch. Une motorisation bien musclée pour une citadine avec des performances séduisantes. Mini annonce 270 Nm de couple permanent, un 0 à 100 km/h parcouru en 7.3 secondes et une vitesse de pointe limitée à 150 km/h au bénéfice de l’autonomie qui serait située entre 235 et 270 kilomètres selon le protocole de mesures NEDC. C’est décevant face à la concurrence mais devrait suffire pour un usage classique.

Pour ne pas limiter une contenance de coffre et une habitabilité déjà justes, Mini a décidé de rehausser la carrosserie de la Mini Cooper SE de 18 mm. Le coffre contiendrait toujours 211 litres de bagages. Le poids n’augmente que de 145 kg pour un total de 1 365 kg avec les équipements de série nombreux dont des projecteurs LED, des jantes de 16 pouces, une climatisation bizone et un système de navigation. Le premier niveau de finition propose un écran numérique de 5.5 pouces pour le tableau de bord et un autre de 6.5 pouces en haut de la planche de bord dédié au système multimédia. L’écran central de 8.8 pouces reste en option car nous sommes chez BMW/Mini et il ne faut pas perdre les mauvaises habitudes.

Pour la recharge des accus, trois solutions sont possibles. La Cooper SE est compatible avec le réseau domestique, une Wallbox spécifique et les bornes de recharge publiques. Au minimum il faudrait 2 heures pour une recharge totale sur les bornes les plus puissantes alors que sur une prise domestique, il faut compter 10 heures. Disponible en réservation depuis la mars 2019, la Mini Cooper SE ouvrira officiellement son carnet de commandes et détaillera ses finitions au mois de septembre à l’occasion du salon de Francfort. En entrée de gamme, ce sera 32 900 € auxquels il faudra déduire 6 000 € de bonus écologique. A 26 900 €, la britannique s’affiche donc à un prix intéressant pour la catégorie, ce qui est inhabituel chez Mini. Guère plus chère qu’une Peugeot e-208, la Cooper SE, uniquement disponible en 3 portes, devrait offrir des performances bien plus musclées. Face à la Lionne ou sa cousine Opel Corsa-e, elle n’est pas à la hauteur pour autonomie puisque la capacité de sa batterie est deux fois moindre. Mini, on vous dit !

Tags: