Tiens donc, Mini se met en tête de réinventer le monospace. Ce n’est à priori pas ce que l’on attend de cette marque mais il n’empêche que ce concept est intéressant même s’il ne sera jamais produit en série. Ce projet a été pensé de l’intérieur vers l’extérieur. Exploité à 100 %, le volume intérieur fait la part belle à un sofa, une banquette et des… plantes vertes ! Le cuir et le chrome ne sont plus les bienvenus à bord où tout est tendu de textiles issus de matériaux recyclés pour conforter le côté écolo de cette auto.

La modularité prend toue sa dimension, pas question de rabattre un dossier de banquette pour passer d’une configuration berline à celle d’un break. Mieux, la planche de bord et le volant s’escamotent dans le plancher et laissent place à un lit de jour selon Mini. Véhicule d’autopartage 100 % électrique, l’Urbanaut devra convenir au plus grand nombre. Conséquence, il ne sera pas aussi personnalisable que l’actuelle Mini. Cependant, les ingénieurs et les designers ont trouvé une parade sous la forme du Mini Token. Ce jeton géant s’insère dans le mobilier de l’Urbanaut où il apporte l’ambiance sonore et visuelle ainsi que les paramètres souhaités par l’usager. Cette incarnation de la personnalisation, une technologie qui ne relève plus de la science fiction, permet, entres autres, de stocker vos photos, vos playlists, vos podcasts, vos points d’intérêts GPS, en résumé, toute votre vie virtuelle dans un disque de plastique. Et puis, sans évidemment toute cette technologie, cette Mini ne vous rappelle t elle pas un certain Volkswagen Combi ?

Tags: