Porsche 718 Boxster

Des Porsche à 4 cylindres, il y en a eu, à commencer par la fameuse et mal-aimée 914 dite VW-Porsche et son 4 à plat issu de la Coccinelle. Plus près de nous, la lignée des 924-944-968 fit également appel au quatre cylindres, en ligne cette fois, avec et sans turbo. Encore plus prêt mais réservé à la compétition, la 919 Hybride, gagnante du Mans en 2015, fait également appel à un 4 cylindres, en V cette fois.

Bref, une Porsche à 4 cylindres n’a rien d’un sacrilège, surtout quand celui-ci est à plat ou Boxer. Cette architecture commence à se répandre en haut de gamme, à l’image de Volvo qui ne produit plus rien d’autre. Quand à ceux qui se plaindrait de son manque de musicalité face aux 5 ou 6 cylindres, ils n’ont qu’à écouter ou réécouter la musique du boxer de la Subaru Impreza.

Restylé et changeant de nom à l’occasion du prochain salon de Genève, le Boxster accole le nombre 718 à son patronyme en hommage à un modèle de compétition de la marque. Cette nouvelle mécanique se décline en deux cylindrées, la première de 2 litres avec turbo pour un total de 300 ch, la seconde de 2.5 litres toujours avec turbo pour une puissance de 350 ch. Comparé aux précédents six cylindres à plat, ces deux mécaniques sont plus puissantes et, selon le constructeur, consommeraient moins. De quoi se plaint-on, je vous le demande !

Présenté plus tard dans l’année, la version coupé du Boxster, le Cayman, adoptera lui aussi le nombre 718 et les fameux 4 cylindres à plat. La 911 de prochaine génération en fera d’ailleurs autant en entrée de gamme. Si, avec tout ça, le 4 cylindres ne gagne pas ses lettres de noblesse, c’est à n’y rien comprendre…

Photos ©Porsche

Tags: