La Renaulution est en marche chez le Losange afin d’effacer définitivement des mémoires l’ère Ghosn, maintenant réfugié politique/corrompu/affairiste et Bling-Bling (rajoutez des mentions si vous le désirez !) au Liban ou on ne sait plus trop où. Bref, après les grandes lignes de la révolution losangeaire, passons aux détails, à savoir les plateformes techniques et les motorisations.

Concernant les moteurs essence, puisque le Diesel n’est plus en odeur de Sainteté, comme Ghosn, le quatre cylindres 1.3 Tce conçu avec Mercedes s’effacera dès 2022 au profit d’un trois cylindres maison décliné en 1.2l ou 1.5l. Il sera disponible en version thermique ou hybride E-Tech.

Les plateformes communes se réduiront au chiffre trois, à savoir la CMF-B pour les Dacia Sandero, Renault Clio. Elle sera électrifiée en 2023 sur la Renault 5. La CMF-C concernera le Nissan Qashqai et la Renault Mégane. Quand à la CMF-EV électrique inaugurée par le Nissan Ariya, elle équipera la future Renault Mégane Electric.

Le détail des moteurs est le suivant avec 8 familles en 2021. 1 en électrique, 1 en essence E-Tech 1.6, 3 en essence SCe et TCe de cylindrées 1.0, 1.3 et 1.8 et 3 en Blue dCi, 1.5, 1.7 et 2.0. Pour 2025, ces moteurs passeront de 8 à 4. Il y aura 2 moteurs électriques, EV et hydrogène, 1 essence modulaire mHEV, HEV et PHEV avec 1.2l et 1.5l et 1 diesel, 2.0 Blue dCi.

Comme nous le voyons, en 2025, le seul diesel proposé sera le 2.0 Blue dCi destiné aux véhicules utilitaires. Renault précise qu’il pourra revoir sa copie en fonction de la norme Euro 7 qui entrera en vigueur à cette date… si elle ne condamne pas techniquement le diesel. Si c’est le cas, le groupe Renault accélérera le programme hydrogène en créant une coentreprise avec l’américain Plug Power, spécialiste des piles à combustible et de tout ce qui entoure ce carburant, comme par exemple la logistique.

Pour ces bons vieux moteurs thermiques à essence, les 3 mécaniques actuelles laisseront leur place à une famille caméléon. Ce sera une mécanique modulaire déclinée en 3 et 4 cylindres avec des cylindrées de 1.2l et 1.5, la place de puissance pouvant aller de 90 à… 400 ch, grâce à l’hybridation. Cette mécanique affichera un rendement élevé qui se rapproche de celui d’un diesel. Le premier rejeton de cette famille sera le 3 cylindres 1.2 code HR12VDV, inauguré par le second Kadjar en 2022. Il sera associé à trois types d’hybridation, légère 48V, full hybrid et hybride rechargeable. Dacia disposera de ce bloc en version GPL. Le second à apparaitre sera un 4 cylindres 1.5 qui prendra la succession du 1.3 TCe et recevra également les trois types d’hybridation 48V.

En résumé concernant ces moteurs thermiques essence, nous aurons le 1.2 TCe sans hybridation, le 1.2 TCe mild-hybrid 48V, le 1.2 TCe E-Tech full hybrid, le 1.2 TCe E-Tech PHEV, le 1.5 TCe mild-hybrid 48V, le 1.5 TCe E-Tech full hybrid et le 1.5 TCe E-Tech PHEV.

Versons une larme nostalgique sur la Twingo qui ne survivra pas à cette Renaulution.

Tags: