C’est avec émotion que le monde de la Formule 1 a appris aujourd’hui la disparition de Robin Herd, un des techniciens les plus créatifs de sa génération. Après avoir rejoint à sa sortie de l’université le programme Concorde chez British Aerospace, il avait intégré McLaren en 1965 pour dessiner les premières Formule 1 de la marque ainsi que les prototypes de la série Can Am. Nous lui devons aussi l’atypique Cosworth 4WD à 4 roues motrices. Il fonde en 1969 March, acronyme des initiales de ses trois associés Max Mosley, Alan Rees et Graham Coaker, ce dernier étant l’héritier des bières Guiness et de lui même. March allait bousculer les codes techniques des années 70 dans toutes les catégories de monoplaces. Si March n’a jamais atteint le sommet en F1 malgré deux victoires en Grand Prix, Vittorio Brambilla à Zeltweg en 1975 et Ronnie Peterson à Monza en 1976, Robin Herd a continué à œuvrer dans le milieu de la course automobile en IndyCar où les March connurent de nombreux succès à Indianapolis et aussi à nouveau en Formule 1 pour le compte de l’écurie française Larrousse au début des années 90. Passionné de football, Robin Herd présida le club d’Oxford United, sa région de toujours, lui qui avait basé March Engineering puis son bureau d’études Fomet, qui conçut notamment la Fondmetal de Formule 1, à Bicester dans la banlieue d’Oxford.

Tags: