C’est officiellement officiel et ce n’est pas une fuite orchestrée par Renault, le nouveau Captur, nous l’appellerons MK2, est tout nouveau tout beau et dévoile en même temps sa version hybride, ce qui réjouira beaucoup de monde et devrait lui assurer un gros succès digne de son prédécesseur.

Ce Captur MK2 mesure 4.23 m en prenant 11 cm de plus que le premier, sa hauteur et sa largeur restant identiques. L’esthétique évolue doucement, les formes rondes, le regard identique à la Clio 5 lui donnent un air plus mature. Pour l’arrière, il inaugure une nouvelle signature lumineuse, le tout pouvant être personnalisé avec 90 combinaisons possibles pour les teintes de carrosserie et de toit. Le tout en option, bien sûr et cela permettra toujours d’avoir une voiture unique ou peu s’en faut.

L’habitacle suit la même tendance que celui de la Clio 5 en devenant franchement qualitatif. La planche de bord est même dérivée Clio avec quelques éléments revus. Egalement personnalisable, les matériaux et assemblages inspirent le sérieux et ne feront certainement pas tache face à ceux d’outre Rhin, Volkswagen en particulier qui a nettement régressé dans ce domaine, DieselGate oblige. La console flottante réservé aux versions à boîte automatique apporte une réelle originalité dans sa catégorie. Le modernisme émane des écrans tactiles ou non qui meublent la planche de bord. Le fameux Smart Cockpit remplace l’instrumentation traditionnelle par une digitale et est proposé en plusieurs tailles allant de 7 à 10.2 pouces. L’écran tactile central vertical du système multimédia fait 7 ou 9.3 pouces.

L’habitacle est en plus accueillant, effet logique de l’empattement supérieur de 3 cm. Pour l’arrière, la banquette a été allongée et les dossiers des sièges avant creusés pour offrir plus d’espace. La modularité est identique à l’ancienne génération, Renault voulant conserver la banquette coulissante monobloc avec dossier fractionnable en 2/3 1/3. Le volume de coffre augmente pour atteindre 536 dm3. Rétropédalage en revanche pour les sièges qui ne sont plus déhoussables et c’est bien dommage. Parions qu’un accessoire officiel, en option, viendra palier cet inconvénient.

Pour le capot évidemment plus imposant, ce Captur reprend les mécaniques connues à l’exception du 3 cylindres 1.0 turbo essence de 100 ch tout nouveau qui remplace sans mal l’ancien 0.9 TCe. Il peut même s’alimenter au gaz naturel en option. Le reste est familier avec le 4 cylindres turbo essence 1.3 conçu avec Mercedes et développant 130 ou 155 ch. Renault ajoute un 1.5 turbo diesel en 95 ou 115 ch. La boîte automatique EDC7 à double embrayage est possible avec certains moteurs, ce qui nous donne dans le détails la liste qui suit.

  • 1.0 TCe 100
  • 1.0 TCe 100 GNV
  • 1.3 TCe 130 BVM6
  • 1.3 TCe 130 EDC7
  • 1.3 TCe 155 EDC7
  • 1.5 Blue dCi 95 BVM6
  • 1.5 Blue dCi 115 BVM6
  • 1.5 Blue dCi 115 EDC7

La grosse innovation est pour début 2020 avec un Captur hybride rechargeable inédit chez Renault. Le groupe motopropulseur sera composé d’un 4 cylindres 1.6 atmosphérique essence de 100 chaccouplé à deux moteurs électriques alimentés par une batterie de 9.8 kWh. Le moteur thermique est à cycle Miller et injection directe en provenance de Nissan, le même ensemble sera installé sur la Clio 5. La puissance est inconnue mais devrait atteindre environ 150 ch en énergies cumulée. Renault promet une autonomie de 45 km et une vitesse de pointe de 135 km/h en mode électrique. Les tarifs ne sont pas encore connus. Finalement, avec son esthétique très typée, sa qualité et son contenu technologique, ce Captur risque de donner bien des cheveux blanc à la concurrence… à commencer par le Peugeot 2008 qui se contente de singer son grand frère 3008.

Tags: