La planète Terre abrite une vie extraordinaire qui varie énormément d’un continent à l’autre. Les scientifiques se sont demandé pendant des siècles comment notre monde naturel était devenu si diversifié et pourtant interconnecté. Maintenant, nous savons que le mystère peut être expliqué par un dinosaure appelé mésosaure. Avec sa longue queue épaisse, ses mâchoires puissantes et ses pattes trapues ressemblant à celles des grenouilles, le mesosaurus était une étrange créature semblable à un triton et de la taille d’un petit crocodile, vivant dans des lacs d’eau douce il y a 280 millions d’années. Ce qui est le plus étrange à propos du mésosaurus, c’est que ses fossiles ont été découverts des deux côtés de l’Atlantique. Des preuves évidentes de l’existence de ce premier reptile sous marin ont été découvertes en Afrique australe ainsi qu’en Amérique du Sud.

Il lui était impossible de traverser l’Atlantique sud. Alors pourquoi trouve t-on ses fossiles sur deux continents aussi distants ? La réponse est que l’Afrique et les Amériques ne faisaient jadis qu’un continent avec l’ensemble des terres émergées de la planète, un supercontinent appelé Pangea ou Pangée. Il y a environ 200 millions d’années, il a été séparé en deux et a ensuite commencé à se diviser en sept mondes que nous connaissons aujourd’hui, les Amériques, l’Europe, l’Asie, l’Australasie, l’Afrique et l’Antarctique. C’est pourquoi, si vous regardez une carte, le bulbe occidental de l’Afrique semble s’intégrer parfaitement dans les Caraïbes, entre les Amériques. Cela a été découvert par le géophysicien allemand Alfred Wegener en 1912 mais sa théorie de la dérive des continents a été controversée pendant 50 ans jusqu’à ce que le mésosaurus apparaisse.

Les continents dérivent à cause du magma en fusion remontant du centre de la Terre aux limites entre les plaques tectoniques. La couche supérieure de notre planète est sans cesse en mouvement. L’Australasie, par exemple, se déplace vers le nord à une vitesse de 7 cm par an et finira par se fondre dans le sud est de l’Asie. Lorsque les continents se sont éloignés, les plantes et les animaux qui les peuplaient ont commencé à évoluer séparément, chacun s’adaptant à son propre environnement. Les continents ont développé leurs propres terrains et climats et avec eux, leur flore et leur faune uniques. Si la pangée était restée entière, nous n’aurions pas l’étonnante variété de vie sur Terre que nous connaissons aujourd’hui. Seven Worlds, One Planet, une très intéressante série télévisée de sept épisodes diffusée sur la BBC et racontée par David Attenborough, une référence dans son domaine, célèbre cette diversité. La Terre est plus diversifiée que ce que nous pouvions imaginer et cet étonnant spectacle nous aide à comprendre à quel point c’est sauvage et unique, en plus d’être en danger…

Tags: