Toyota C-HR-2016-série-1

Le Juke de Nissan a prouvé qu’un design atypique pouvait plaire à la clientèle des SUV compacts. Toyota s’engouffre dans cette brèche et on ne dira plus, après avoir vu ce C-HR, que le constructeur japonais produit des voitures trop banales ! A l’instar d’une Prius au design fort, qui ne plaît pas à tout le monde, ce CH-R se remarquera au premier coup d’oeil.

Autre singularité de ce CH-R, il ne proposera pas de diesel, préférant une version hybride. C’est parfaitement logique pour Toyota car il utilise la même plate-forme technique que la Prius et il en reprend la mécanique, thermique comme électrique. On retrouve donc le quatre cylindres 1.8l essence de 98 ch associé à l’unité électrique fournissant l’équivalent de 72 ch. Ce qui ne nous donne pas 170 ch, comme on pourrait le croire, mais 122 une fois l’équivalence essence/électricité calculée.

Une version classique thermique est proposée au catalogue. Equipée du nouveau quatre pattes de 1.2l turbo de 116 ch, il est accouplé à la transmission CVT à variation continue et peut recourir, en option, à une transmission intégrale. Avec une longueur de 4.36 m, ce CH-R se rapproche plus du Nissan Qashqai mais son design le place immanquablement face au Juke, qui ne tardera pas à connaître sa seconde génération.

L’intérieur est plus classique que l’extérieur, la version hybride des photos se distinguant par un bandeau de couleur bleu habillant la planche de bord et les contre-portes. Une grande interface tactile trône sur la console centrale, accessoire désormais indispensable. Toyota promet d’avoir soigné la qualité perçue, une faiblesse traditionnelle du constructeur japonais.

Ce CH-R, dommage qu’il n’ait pas reçu un nom de baptême plus parlant, sera disponible à la commande en septembre prochain pour une livraison prévue en décembre. Bien sûr, il sera la vedette du stand Toyota au Mondial de l’automobile à Paris.

Tags: