L’engouement pour les SUV est récent mais le RAV4 de Toyota a indéniablement contribué à créer ce phénomène depuis plus de 20 ans en s’affranchissant de l’image rustique et utilitaire longtemps associée aux classiques 4×4. Alors que nombre de ses rivaux en sont à leur première ou deuxième génération, ce vétéran accueille ainsi déjà sa cinquième génération à l’occasion du Salon de New York. Pas question de renouer avec le format citadin, les trois portes et le look décalé du modèle initial. Commercialisé début 2019 en Europe, ce nouveau RAV4 reste familial dans l’âme avec sa longueur qui stagne à 4.60 m. Ce qui ne l’empêche pas de promettre une habitabilité et un volume de coffre en hausse grâce à son empattement étiré de 3 cm et à sa largeur accrue d’un petit centimètre.

Pour le design, Toyota n’a pas recherché la continuité. Ce SUV adopte des traits plus géométriques qu’auparavant, avec un capot plus droit, une calandre plus imposante ou encore une lunette arrière assez inclinée. Sans oublier des passages de roues carrés, untic esthétique également utilisé par le récent UX de Lexus. Sous des dehors assez différents, ces deux cousins partagent  la même plate forme technique baptisée TNGA. Ce RAV4 2019 promet un centre de gravité assez bas et une répartition des masses améliorée qui devraient apporter davantage de plaisir au volant. La planche de bord est également inédite avec son écran tactile aussi large que la console centrale qu’il surmonte. Quant aux moteurs, ils seront inédits. Il faudra se dispenser de diesel, le choix se limitant à un quatre cylindres 2 litres atmosphérique et à un 2.5 hybride, tous deux disponibles avec deux ou quatre roues motrices.

Tags: