Dire que le retour de la Supra chez Toyota était attendu est un euphémisme. Seulement voilà, pour produire une supercar de nos jours quand on est un constructeur généraliste, ce n’est pas facile et même ruineux vu le peu d’exemplaires qui seront vendus, comparés aux modèles de grande série.

Toyota s’est donc tourné vers son ex fournisseur de moteurs diesel, BMW et a repris l’intégralité de la partie mécanique du nouveau Z4 ainsi que quelques bricoles de l’intérieur et a habillé le tout d’une alléchante carrosserie de coupé.

Pour le développement des composants du châssis, Toyota a travaillé avec Gazoo Racing, sa division sportive. Nous retrouvons un train arrière multibras spécifique et des suspensions avant à double triangulation. Toutes les Toyota Supra seront livrées de série avec des suspensions adaptatives disponibles avec deux types de réglage, Normal et Sport. Sous le capot, Toyota annonce au catalogue la présence d’un six cylindres en ligne biturbo de 3 litres de cylindrée développant 340 chevaux et 500 Nm de couple. Il s’agit du moteur du BMW Z4, bien sûr. Pour le moment, la Supra est uniquement couplée à une transmission automatique à huit rapports chargée de distribuer la puissance aux seules roues arrière. La firme japonaise annonce que sa sportive peut abattre le 0 à 100 km/h en 4.1 secondes et atteindre 250 km/h en vitesse de pointe limitée électroniquement. La Supra pèse 1495 kilos à vide. Pour l’Europe, la voiture est dotée de jantes de 19 pouces en alliage forgé chaussées de pneumatiques Michelin Pilot Super Sport plus larges à l’arrière qu’à l’avant. Les ingénieurs ont intégré des disques de 348 millimètres de diamètre à l’avant et de 345 millimètres à l’arrière, pincés par des étriers Brembo.

Tags: