Le plus allemand des constructeurs français, logique vu sa position géographique, possède un très beau musée vers son usine de Mulhouse et celui-ci renferme quelques raretés aux côtés de modèles plus populaires. Voici une sélection de 10 voitures du musée Peugeot.

Peugeot 404
Peugeot 404 : si elle devait lutter contre l’ogre Citroën DS, la 404 de Peugeot sera pourtant un gros succès commercial et un nouvel épisode dans la fructueuse collaboration entre Pininfarina et Peugeot. Elle deviendra même une bête de rallyes, notamment en Afrique, où sa solidité sera tellement appréciée qu’elle y restera produite pendant de longues années, bien après l’arrêt de la production dans les usines françaises.

Peugeot 201
Peugeot 201 : la production de la 201 a commencé au cours de la crise économique de 1929 qui a suivi le krach boursier de Wall Street. Les investissements réalisés dans l’usine de Sochaux pour permettre la production de masse et améliorer la rentabilité ont permis à l’entreprise de traverser la tempête financière, qui a mis fin à un certain nombre de petits constructeurs automobiles français.
Peugeot 504 Coupé
Peugeot 504 Coupé : encore une collaboration Pininfarina/Peugeot qui signait là une splendide voiture qui reçu à son lancement le quatre cylindres à injection de la berline puis le fameux et raté V6 PRV plus tard. C’est pourtant la version à 4 cylindres qui est la plus recommandable en collection car plus fiable. Ce coupé 504 deviendra lui aussi une star en rallyes, toujours en Afrique.
Peugeot 907
Peugeot 907 : cette monstrueuse 907 n’a jamais été produite et est restée à l’état de concept, ce qui n’est guère étonnant en France où le segment de la supercar n’est pas politiquement correct. Il n’empêche qu’avec son V12 essence de 6 litres, elle n’aurait pas fait tache parmi certaines allemandes et italiennes.
Type 163 Commercial
Peugeot Type 163 Commercial : c’était l’époque où les voitures ne portaient pas de nom ou si peu car tous les constructeurs adoptaient la même, Type pour les francophones et MK, soit Mark pour les anglo-saxons. Cette Type 163 Commercial a été découverte à Lyon dans un vieux bâtiment en passe d’être démoli. A l’ intérieur du véhicule se trouvaient des coupons de gaz qui ont expiré en 1947 et une copie du quotidien Le Progrès de Lyon en date du 12 Décembre 1945. Il semblerait que la camionnette ait été utilisé autour de cette date et ait été murée dans le bâtiment ensuite.
Peugeot D4A
Peugeot D4A : surnommé Nez de Cochon à cause de son capot moteur proéminent, ce D4A est devenu très recherché en collection. Peugeot a commencé à produire des utilitaires de taille moyenne dans les années 1950 et cette traction avant D4A, à partir de 1958, est équipé d’un moteur de 1.5 litre d’origine 403, un an avant que Peugeot présente son premier véhicule commercial diesel. Il est disponible avec une porte latérale coulissante et a une charge utile maximale de 1 400 kg.
Peugeot 505 4x4
Peugeot 505 4×4 : les quatre roues motrices n’étant pas très prisées en France, Peugeot en sous-traite l’assemblage à un spécialiste français et complice de longue date, Dangel. Ce break 505 était plus particulièrement à la vente dans les pays africains, à l’administration et quand même aux particuliers français. Il a été conçu pour une utilisation en terrain particulièrement accidenté et où il n’y avait pas de routes. Il est équipé d’un moteur de 2.5 litres dit 76PS diesel et d’une boîte de vitesses à cinq rapports, encore rare à l’époque.
Peugeot 205 Turbo 16
Peugeot 205 Turbo 16 : la légendaire championne du monde des rallyes était disponible en version civil à 200 exemplaires, obligation réglementaire du Groupe B d’alors. Si la version course a fait des ravages en futur championnat WRC, cette version commerciale n’était pas des plus réussie en raison d’une mécanique trop typée course et impossible à exploiter sur route ouverte.
Peugeot 604 Limousine
Cette 604 Limousine a été commandé par la télévision et la radio pour Phillipe Bouvard en 1982. Elle a été utilisé comme un bureau sur roues lui permettant de se préparer à des spectacles dans les embouteillages de Paris. Elle dispose de deux téléphones, un téléviseur, un enregistreur de bande et un bureau pliable électrique.
Peugeot 601D
Peugeot 601D : le coupé-cabriolet à toit dur rétractable n’a pas été amené chez Peugeot par la 206 CC mais bien par cette 601D en 1934. Seuls 21 coupés-cabriolets furent construits sur environ 4000 601 berlines. Son moteur de 2.1 litres à six cylindres produisait 60 ch et il était accouplé à une boîte à trois vitesses.
Tags: